Emmanuel Macron se déclare officiellement candidat à l’élection présidentielle 2017

Publié à 11h09, le 16 novembre 2016 , Modifié à 11h23, le 16 novembre 2016

Emmanuel Macron se déclare officiellement candidat à l’élection présidentielle 2017
Emmanuel Macron. © Captures d'écran BFMTV.

C’est la fin d’un interminable vrai-faux suspense. La France était en PLS (position latérale de sécurité, ndlr) à force de ne pas savoir si Emmanuel Macron se mettrait réellement en marche vers la présidentielle. Elle peut enfin respirer. Ce mercredi 16 novembre au centre de formation de la chambre des métiers et de l'artisanat de la Seine-Saint-Denis, à Bobigny, Emmanuel Macron a officiellement déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2017. Après 47 quasi-déclarations de candidature. Et le nouveau prétendant à l'Elysée de lancer enfin :

"

La seule force dont nous pouvons, dont nous devons nous réclamer, c'est la force de la France, c'est la force des Français. Dans quelques mois, à l'occasion de l'élection présidentielle, une opportunité nous est offerte. Celle de refuser enfin le statu quo pour choisir d'avancer. Ce combat que nous devons livrer, il commencera en mai 2017.



Pour le mener, la responsabilité du président de la République est immense, j'en suis pleinement conscient. Un Président n'est pas simplement investi d'une action, il porte aussi, de manière moins visible, les valeurs de notre pays, la continuité de son histoire et, de manière cachée, la vigueur et la dignité d'une vie publique. Je sais cela. J'y suis prêt. C'est pourquoi je suis candidat à la présidence de la République, parce que je crois plus que tout que nous pouvons réussir, que la France peut réussir.

"

L’ancien ministre de l’Economie de François Hollande et Manuel Valls se déclare donc enfin au même endroit où il avait effectué son premier déplacement après avoir quitté le gouvernement. Se voulant le porte-drapeau d'une "révolution démocratique" à venir, il a fait valoir son positionnement politique à la croisée des partis :

"

L'enjeu n'est pas pour moi aujourd'hui de rassembler la gauche, l'enjeu n'est pas pour moi aujourd'hui de rassembler la droite, il est de rassembler les Français.



Ce n'est pas un combat contre quelqu'un, contre une partie de la France, c'est un combat pour nous tous, pour l'intérêt général, pour l'intérêt de nos enfants.

"

"Sa décision était prise depuis longtemps, assure son entourage au Figaro. C'est l'aboutissement d'un processus assez normal dont il était dépositaire. Il a fait ce qu'il fallait pour que cela soit justifié." Ses intentions étaient donc limpides depuis plusieurs mois. Tout d’abord quand il avait lancé, alors qu’il était toujours à Bercy, son mouvement politique ni de gauche ni de droite "En Marche !". Ensuite, la clarté de ses velléités élyséennes était apparue au moment où il avait démissionné du gouvernement, trahissant François Hollande "avec méthode", dixit le chef de l’Etat, pour continuer à structurer son mouvement. Il l'avait fait en remettant en cause la déchéance de nationalité (et la loi Travail).

Depuis, de déplacements en interviews, Emmanuel Macron laissait de plus en plus poindre sa volonté de "tuer le père". Il le fait en coupant l’herbe sous le pied de François Hollande qui doit annoncer s’il est ou non candidat en décembre. Le timing est également réfléchi afin de perturber la primaire de la droite, dont le dernier débat d’avant-premier tour aura lieu jeudi soir. Et vu qu’Emmanuel Macron pourrait séduire dans l’électorat d’Alain Juppé, cette candidature trouble le jeu.

Le plan médias de son annonce de candidature est lui aussi tout prêt. Selon Le Figaro, Emmanuel Macron accompagnera sa déclaration d’une interview à la presse régionale ainsi que d’un passage au JT de 20 heures de France 2.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Pour Benoist Apparu, l'annonce de candidature (non officielle) d'Emmanuel Macron, c'est pour embêter la primaire de la droite

Arnaud Montebourg jalouse Emmanuel Macron, "le candidat des médias"

> Les très fréquentes apparitions d’Emmanuel Macron (et son couple) dans "Paris Match" 

Alain Juppé critique le côté "ringard" des premières propositions d’Emmanuel Macron

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Emmanuel Macron peut-il passer le premier tour de la présidentielle ? 

> Macron ne peut "accepter" de voir le FN au second tour en 2017 

> Macron candidat : l'Elysée et Matignon ne partagent pas la même stratégie 

> Emmanuel Macron juge qu'il n'a "pas trahi" François Hollande 

Du rab sur le Lab

PlusPlus