Emmanuel Macron sur la baisse des APL : "C’était une connerie sans nom"

Publié à 18h55, le 01 août 2017 , Modifié à 14h36, le 02 août 2017

Emmanuel Macron sur la baisse des APL : "C’était une connerie sans nom"
© AFP
Image Amandine Réaux


Au beau milieu de l’été, un samedi 22 juillet sur l’heure du midi, Matignon informait France 2 que l’aide personnalisée au logement (APL) allait diminuer de cinq euros dès le 1er octobre prochain. Une mesure vivement dénoncée par des élus de tous bords et que la majorité a parfois eu du mal à justifier.

Sauf que cette annonce, qui n’était pas une promesse de campagne, n’avait pas l’assentiment du Président. Voici ce qu’a déclaré Emmanuel Macron devant les dirigeants de la majorité réunis le 26 juillet, d’après des propos rapportés par Le Canard enchaîné en kiosques mercredi 2 août :

C’était une connerie sans nom ! Pas la peine de se retrouver dans débats complètement dingues qui n’ont fait l’objet d’aucun engagement.

Pour connaître les auteurs de ladite "connerie", finalement assez peu jupitérienne, se référer donc à l’entourage du Premier ministre…

Plusieurs passes d’armes ont eu lieu entre le gouvernement et Christian Eckert, ex-secrétaire d’État au Budget, concernant la paternité de la baisse des APL. Quand Jacques Mézard (ministre en charge du Logement) assurait que "cela ne fait jamais plaisir de baisser des aides", Christophe Castaner (porte-parole du gouvernement) était parvenu à expliquer que cette mesure était quand même une "bonne nouvelle".

Pour protester contre cette restriction, les députés de La France insoumise avaient brandi un panier de courses à cinq euros en plein hémicycle. "Personne n’a le monopole du cœur, mais certains semblent avoir le monopole de la démagogie", leur avait rétorqué le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin.

C’est finalement la députée La République en marche Claire O’Petit qui, après avoir demandé aux étudiants d’"arrêter de pleurer", avait annoncé que cette baisse ne durerait que deux mois, face à un exécutif particulièrement flou.

Cet agacement en privé d’Emmanuel Macron annoncerait-il un rétropédalage ?







 


[Edit 14h30]

Lors du compte-rendu du Conseil des ministres, ce mercredi 2 août, Christophe Castaner a été interrogé au sujet de cette remarque du Président. Le porte parole du gouvernement nie avoir entendu Emmanuel Macron tenir ces propos. Il déclare :



Non, je ne l'ai pas entendu dire. En plus, à titre personnel, je connaissais Emmanuel Macron ministre, dans le civil, maintenant Président, il a un vocabulaire différent de celui qu'on lui prête.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus