Emmanuel Macron tente de réhabiliter son tic de langage "en même temps"

Publié à 19h26, le 17 avril 2017 , Modifié à 19h43, le 17 avril 2017

Emmanuel Macron tente de réhabiliter son tic de langage "en même temps"
© DR
Image Sylvain Chazot


C'est son dernier grand meeting parisien avant le premier tour de l'élection présidentielle. Ce lundi 17 avril, Emmanuel Macron est à l'AccorHôtels Arena, plus connu sous le nom désormais obsolète de Palais omnisports de Paris Bercy. 20.000 personnes annoncées, des milliers attendant dehors. La salle est pleine.

Surtout, ce meeting est marqué par plusieurs instants quelque peu *étonnants*. Il y a d'abord cette sortie au cours de laquelle le candidat d'En Marche ! déclare son Amour à la France. "C'est très important de s'aimer et c'est très important de se respecter", lance-t-il. Il y a cette auto-citation au cours de laquelle, sans le nommer, il a présenté le programme de Jean-Luc Mélenchon comme "Cuba sans le soleil", formule qu'il avait déjà utilisé pour critiquer la taxe à 75% sur les hauts-revenus. Il y a encore cet instant où il demanda au public de ne pas siffler… Diderot parce qu'il avait une maîtresse…

Et puis il y eut cet instant au cours duquel Emmanuel Macron a décidé de retourner à son avantage un tic de langage qu'on lui a reproché. "Vous l'avez compris. Il faudra en même temps vivre, travailler et apprendre", a-t-il déclaré avant de s'interrompre lui-même et d'ajouter :

Excusez-moi, vous avez dû le noter, j'ai dit 'en même temps'.

La salle rit. Puis, comme un seul homme, elle se met à scander : "En même temps, en même temps !"

Ce tic noté par les journalistes et les politiques est censé illustrer cette supposée incapacité du candidat à la présidentielle à trancher, dans un sens ou dans l'autre. L'ancien ministre de l'Économie assume, non pas d'être flou mais d'utiliser ces mots. "Je veux vous affirmer ce soir : je continuerai à utiliser 'en même temps' dans mes phrases, mais aussi dans ma pensée, parce qu''en même temps', ça signifie simplement que l'on prend en compte des principes qui paraissaient opposés", explique Emmanuel Macron. Il poursuit :

Ça veut dire que oui, j'ai choisi la liberté et l'égalité. Je choisis la croissance et la solidarité. Je choisis l'entreprise et les salariés. Je choisis, comme le général de Gaulle, le meilleur de la gauche, le meilleur de la droite et même le meilleur du centre. […] Alors oui, avec vous, je choisis en même temps l'amour de notre histoire et l'ambition du changement, je choisis la France forte (tiens tiens, NDLR) et l'Europe ambitieuse. Je choisis avec vous, en même temps, les racines et les ailes.

Arriver à citer le slogan de Nicolas Sarkozy en 2012 dans une anaphore très "hollandienne" est une performance qui méritait d'être soulignée.

Du rab sur le Lab

PlusPlus