Emmanuel Macron voulait nommer Nicolas Hulot vice-Premier ministre (mais ce poste n'existe pas)

Publié à 16h09, le 28 mai 2017 , Modifié à 16h13, le 28 mai 2017

Emmanuel Macron voulait nommer Nicolas Hulot vice-Premier ministre (mais ce poste n'existe pas)
Emmanuel Macron et Nicolas Hulot © Montage via AFP
Image Sylvain Chazot


Sa nomination fut notable. Après avoir rejeté les avances de Jacques Chirac, de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, Nicolas Hulot a finalement dit oui à Emmanuel Macron. Un événement, d'autant plus que le nouveau président de la République n'a jamais fait de l'écologie un élément central de sa pensée politique.

Dans le JDD ce dimanche 28 mai, l'ancien présentateur d'Ushuaia explique pourquoi il a dit oui, cette fois, grâce notamment à une phrase du chef de l'État.  

Surtout, Nicolas Hulot révèle qu'il a failli ne pas être nommé ministre d'État mais… vice-Premier ministre. Il raconte :

Emmanuel Macron et Édouard Philippe, en me nommant ministre d’État et numéro 3 du gouvernement - le titre de vice-Premier ministre a été envisagé mais ce n’était pas constitutionnel -, ont envoyé un signal très fort de transversalité.

De fait, le poste de vice-Premier ministre n'existe absolument pas dans la Constitution de la 5e République. Ce qui n'empêche pas de voir ce titre régulièrement évoqué – et parfois de manière ironique pour souligner l'importance politique prise par un ministre, comme par exemple Manuel Valls lorsqu'il était ministre de l'Intérieur du gouvernement Ayrault.

Parfois, c'est sur le fond. En mai 2017, avant même le second tour de la présidentielle, Arnaud Gossement, avocat spécialiste du droit de l'environnement, enjoignait Emmanuel Macron, dans une tribune à Libération, de "nommer un vice-Premier ministre en charge du développement durable". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus