Emmanuelle Cosse rejoint le Parti écologiste et soutiendra François de Rugy à la primaire de la BAP

Publié à 14h55, le 10 juillet 2016 , Modifié à 14h55, le 10 juillet 2016

Emmanuelle Cosse rejoint le Parti écologiste et soutiendra François de Rugy à la primaire de la BAP
Emmanuelle Cosse. © Capture d'écran France 3

DE RUGY 2017- On a trouvé le premier membre du gouvernement qui ne soutient pas (pour l'instant) François Hollande pour 2017. Emmanuel Macron, Manuel Valls ? Pas du tout ! Il s'agit d'Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et ex-secrétaire nationale d'EELV.

Bon, on avoue, la prise de distances avec le président de la République est toute relative. Invitée du 12/13 de France 3 ce dimanche 10 juillet, Emmanuelle Cosse explique vouloir s'investir dans la primaire de la "Belle Alliance Populaire", pilotée par le PS, qui sera organisée les 22 et 29 janvier prochain. Mais pas en tant que candidate car elle ne s'est "jamais sentie à l'aise avec l'élection présidentielle".

Dans cette optique, la ministre annonce rejoindre le Parti écologiste, l'entité des écologistes pro-gouvernement, lancé par Jean-Vincent Placé et François de Rugy en septembre 2015 :

Journaliste : Vous participez à la primaire, est-ce que ça veut dire que vous allez rejoindre le Parti écologiste de François de Rugy, qui lui veut être candidat à la primaire ?


 
 

Emmanuelle Cosse : Oui, mais on a déjà travaillé ensemble et aujourd'hui le Parti des Écologistes (sic), dirigé par François de Rugy veut avoir un candidat. Il en aura un à la primaire.


 

 

Journaliste : Vous allez le rejoindre, ce parti ? ça veut dire que vous soutiendrez sa démarche ?


 

 

Emmanuelle Cosse : Oui. Je le soutiendrai. Au-delà de ça, je soutiendrai la volonté d'avoir une écologie non seulement protestataire, mais qui agit.

 

Difficile d'être plus claire. Sur le fond du moins, car sur la forme, Emmanuelle Cosse s'emmêle un peu les pinceaux sur le nom du groupuscule de François de Rugy. Dénommé Écologistes! jusqu'à début juillet, cette petite formation vient de se renommer Parti écologiste. La ministre semble avoir lu l'info en diagonale puisqu'elle évoque aujourd’hui "le Parti des écologistes".

L'ex-candidate d'EELV aux élections régionales en ile-de-France justifie son choix en expliquant qu'avec "un FN à 25% au premier tour" de la présidentielle, la division de la gauche n'est plus de mise. La ministre oppose la gauche "responsable", qui tente de changer le réel en gouvernant, à la gauche "protestataire" cantonnée à un rôle d'éternelle d'opposante :

Il me semble qu'il vaut mieux aller faire avec une majorité, même s'il y a des désaccords, et mon action actuelle montre que j'arrive à obtenir des arbitrages sur des sujets importants, plutôt que de déserter toujours les lieux d'action et de responsabilité, et d'être en dehors.

Dans le même temps, Emmanuelle Cosse égratigne son ancien parti EELV, qualifié de "petit parti" qui organise une "petite primaire". Il est vrai que EELV revendiquait, au moment de son congrès en juin, seulement 5.000 adhérents à jour de cotisation. Contre... 2.800en octobre dernier pour l''Union des démocrates et des écologistes, la fédération de trois petits partis écologistes à laquelle participa le Parti écologiste.

Cette petite formation sera présente à La Rochelle les 25 et 26 août prochain, indique le JDD de ce dimanche 10 juillet. Non pas à l'habituelle université d'été du PS, délocalisée à Nantes puis annulée pour raisons de sécurité, mais à celle de l'Union des démocrates et des écologistes. La fédération des écolos pro-gouvernement y a sans doute vu une occasion d'attirer quelques militants socialistes étourdis qui aurait oublié d'annuler leur réservation annuelle.

Du rab sur le Lab

PlusPlus