En déplacement dans la Syrie de Bachar al-Assad, Thierry Mariani (LR) vante la propreté des rues de Damas (contrairement à Paris)

Publié à 12h22, le 04 novembre 2017 , Modifié à 15h17, le 05 novembre 2017

En déplacement dans la Syrie de Bachar al-Assad, Thierry Mariani (LR) vante la propreté des rues de Damas (contrairement à Paris)
Thierry Mariani. © KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

Durant la dernière législature, Thierry Mariani était député Les Républicains des Français de l'étranger, plus précisément de la onzième circonscription qui comprend quarante-neuf pays d'Europe orientale, d'Asie et d'Océanie.

Mais il est un pays que Thierry Mariani aime plus que les autres, c'est la Syrie. C'est pour quoi il s'est rendu à plusieurs reprises à la rencontre de Bachar al-Assad. Le 2 novembre dernier, celui qui est désormais membre du Bureau politique de LR annonce sur Twitter qu'il part "pour trois jours au Liban puis en Syrie".

Après plusieurs tweets en mode touriste, où Thierry Mariani vante la beauté et l'ambiance de la capitale de la Syrie, ce samedi 4 novembre, à 00h30, l'ancien député tweete :

#Syrie. Promenade nocturne,en toute sécurité,dans les rues de #Damas...finalement bien plus propres que nos rues de Paris en fin de journée!

Depuis 2011, la Syrie est le théâtre d'une guerre civile à la suite des Printemps arabes puis d'une guerre entre la coalition internationale contre Daesh. Plusieurs centaines de milliers de morts. Rien que pour le mois d'octobre 2017 : un triple attentat suicide a visé le siège de la police de Damas le 11 octobre, faisant au moins deux morts et six blessés, un rapport de l'ONU publié le 27 octobre accuse le régime de Bachar al-Assad d'être responsable d'une attaque au gaz sarin, quatre enfants et un homme ont été tués le 31 octobre par un tir d'obus du régime syrien sur la ville de Jisrine, à l'est de Damas.

LIRE AUSSI SUR LE LAB

Les doutes à géométrie variable de Thierry Mariani sur les infos de l'ONU et de Moscou

Mais à en croire Thierry Mariani, il fait bien mieux vivre à Damas qu'à Paris, capitale de la France où les rues sont sales en fin de journée. Le sénateur socialiste David Assouline a commenté le tweet de Thierry Mariani, écrivant que "si vous cherchez une définition à l’indécence, la voilà dans toute sa crasse".





Pour Thierry Mariani, "l’intolérable insécurité quotidienne ne cesse de dégrader l’image de la France [pas seulement celle de Paris, NDLR] et freine notre attrait touristique", tweete-t-il également ce samedi. Plus tôt, le 2 novembre, ce même Thierry Mariani faisait un commentaire d'un autre genre à propos de la Syrie. Il tweetait :

Ceux qui veulent revenir en France, seraient restés en Syrie si Daesh avait gagné la guerre! Suicidaire de les récupérer! Qu’ils y restent

Un argument qui donne encore plus envie de préférer Damas à Paris pour les vacances de fin d'année.

Thierry Mariani et la Syrie, c'est une histoire qui dure. En mars 2016, accompagné de plusieurs députés LR ainsi que de l'ex président du FNJ, Thierry Mariani a notamment rencontré Bachar al-Assad et le grand mufti de Syrie. Ce dernier s'était illustré en 2011 en menaçant l'Europe et les Etats-Unis d'"activer des martyrs qui sont déjà parmi vous si vous bombardez la Syrie".

En janvier 2017, Thierry Mariani faisait un autre voyage en Syrie pour rencontrer une nouvelle fois Bachar al-Assad. C'était alors la troisième fois en un an et demi qu'il était reçu par le président syrien.

LIRE AUSSI SUR LE LAB

Après avoir envisagé sa suppression, LREM veut changer la nature du groupe d'amitié France-Syrie



[EDIT 13H15]

Devinez qui Thierry Mariani a rencontré pour la "cinquième fois en deux ans" lors de son énième déplacement en Syrie ? Bachar al-Assad.











[EDIT 05/11]

Voir Thierry Mariani poser aux côtés de Bachar al-Assad, ça n'a pas franchement enthousiasmé la classe politique. Plusieurs députés LREM ont jugé cela indécent et se demandent à quel titre l'ancien député rencontre le dirigeant syrien.









Autre interrogation, relayée notamment par le compte Twitter du Parti socialiste, sur l'absence de réaction de Les Républicains. Ainsi, le chef de file des députés LREM Richard Ferrand remarque :

Pour rester au parti des Républicains mieux vaut soutenir Bachar El-Assad qu'être constructif avec Edouard Philippe et Emmanuel Macron. Dont acte.

Toujours au PS, le sénateur et membre de la direction collégiale Rachid Témal s'est fendu d'un long tweet pour exprimer sa "honte" et son "envie de vomir".





#

Du rab sur le Lab

PlusPlus