Les drôles de références du président des "Jeunes avec Marine"

Publié à 07h55, le 08 juin 2012 , Modifié à 14h10, le 08 juin 2012

Les drôles de références du président des "Jeunes avec Marine"
Julien Rochedy à Lille en février 2012 (MaxPPP)

DEDIABOLISATION DEMANDEE - Lors de sa campagne, le candidat FN dans le Rhône, Julien Rochedy, par ailleurs président des "Jeunes avec Marine", rend des hommages appuyés à ses héros littéraires dont Lucien Rebatet, un écrivain collaborationniste qui se décrivait comme "national-socialiste frénétique".

  1. Rochedy : "Il faut distinguer l'homme de l'oeuvre"

    Sur lejsl.com

    Le Point relève, dans ses indiscrets, jeudi 7 juin, les hommages appuyés de Julien Rochedy à un écrivain qui se décrivait comme un "national-socialiste convaincu".

    Dans son pamphlet Les décombres (1942), l'écrivain collaborationniste revendiquait l'antisémitisme. Y faire référence en campagne n'est pas vraiment raccord avec la stratégie de dédiabolisation du FN.

    Pour se dédouaner, le candidat du Front national dans le Rhône, qui avait été dirigeant du club Les Jeunes avec Marine, souhaite distinguer "l'homme de l'oeuvre", comme le rapporte le Journal de Saone et Loire :

    "

    Heureusement qu’on peut encore dissocier la vie et l’œuvre, on ne lirait plus Rousseau qui a abandonné ses enfants.

    "

    Julien Rochedy répond, et se défend au Lab, assumant apprécier un roman précis de Rebatet, mais évoquant les opinions politiques "dramatiques" de l'auteur :

    "

    Je répondais uniquement, dans un entretien relâché avec une journaliste de l'AFP Lyon, sur les romans que j'ai apprécié dans ma vie.

    Parmi beaucoup, j'ai évoqué Les Deux Étendards, de Rebatet, roman salué par l'ensemble des critiques et dans lequel il n'y a pas une ligne de politique.

    Je suis capable de citer de tête des vers d'Aragon, ou vous parler d'autres auteurs ayant des opinions politiques tout à fait opposées à celles, dramatiques, qui furent celles de Rebatet.

    "

    Déjà, un portrait de Rue89 intitulé : "Julien Rochedy, le jeune frontiste qui présente bien" dévoilait les goûts littéraires du jeune politique :

    "

    Il a lu Charles Maurras ? "Oui, Marx aussi."

    De Maurras il dit que ce n’est ni antisémite, ni antijuif, "c’est de l’antijudaïsme, ce n’est pas racial"

    "

    Le journal de Saône et Loire relève d'ailleurs des amitiés "avec des représentants d’une extrême droite plus musclée comme le GUD" du candidat, qui devrait être nommé président du FNJ après les élections législatives.

Du rab sur le Lab

PlusPlus