Eric Coquerel trouve François de Rugy "politico-rigide" et lui demande "un peu de souplesse" à l'Assemblée

Publié à 19h54, le 07 juillet 2017 , Modifié à 14h28, le 26 décembre 2017

Eric Coquerel trouve François de Rugy "politico-rigide" et lui demande "un peu de souplesse" à l'Assemblée
François de Rugy et Eric Coquerel. © Montage le lab via AFP.

Cette semaine, pour les trois quarts des députés, c'était les premiers jours à l'Assemblée nationale. Le moment de prendre ses marques, sans trop traîner non plus car dès jeudi, le premier premier scrutin public s'est tenu dans l'hémicycle. Premiers débats et premier vote, ce qui vaut aussi pour François de Rugy, qui doit trouver ses repères en tant que nouveau président de l'Assemblée.

Et le premier vote, sur la prorogation de l'état d'urgence, est passé tellement vite que certains députés n'ont pas eu le temps de voter. La *faute* au tenant du perchoir, qui n'a laissé que quelques secondes aux députés pour procéder au vote. Une attitude qui amène Eric Coquerel, député LFI, a déclaré ce vendredi 7 juillet sur le plateau de Public Sénat :

 

"

Il [François de Rugy, ndlr] a un côté politico-rigide. Je l'ai vu hier sur un vote, il a ouvert un vote et dans la seconde même il l'a fermé. Ce qui fait qu'il y a plein de gens, y compris 'contre' comme nous étions, qui n'ont pas pu voter.

"

 

 

En effet, à cause de ce "politico-rigide" de François de Rugy, 37 députés ont raté leur vote, dont Jean-Luc Mélenchon. Mais ne vous y trompez pas, si le qualificatif d'Eric Coquerel est *un peu direct*, il semble que ce soit plus une qualité qu'un défaut.

Car avant d'en arriver à cette réflexion, le député LFI se plaignait de la "majorité godillot qui applaudie quand on lui demande", faisant référence aux très nombreux applaudissements venus des rangs de LREM lors du discours de politique générale d'Edouard Philippe, mardi dernier. C'est un des ces députés qui avait confié par la suite qu'ils avaient reçu pour consigne d’applaudir.

Face à cette majorité-là, Eric Coquerel indique que le groupe LFI "jouera le rôle d'opposant", du haut de ses 17 élus, pour tenter de faire contrepoids face aux 314 députés-marcheurs (sans compter les 47 MoDem et les 35 Constructifs). David contre Goliath, et c'est là qu'intervient François de Rugy, le "politico-rigide", pour les mettre au pas parlementaire.

Mais pas trop non plus.

Car Eric Coquerel, s'il n'a rien contre le "politico-rigide" dirigé vers LREM, aimerait tout de même que François de Rugy soit plus souple. Le député de Seine-Saint-Denis lance :

 

"

Il faut peut-être qu'il mette un peu de souplesse. L'autre jour, je sais bien que c'est les règles, j'ai posé une question, il m'a coupé le sifflet à zéro. Monsieur Bartolone laissait quelques secondes pour essayer de finir un paragraphe. Il va peut-être évolué, il apprend aussi.

"

Tant que François de Rugy ne disparaît pas, comme lors de la séance de mercredi où il était "introuvable" pendant près de trois heures, ça devrait bien se passer.

Du rab sur le Lab

PlusPlus