Estrosi va porter plainte contre un ancien djihadiste niçois qui l’accuse d’avoir "laissé faire"

Publié à 20h50, le 05 décembre 2016 , Modifié à 20h50, le 05 décembre 2016

Estrosi va porter plainte contre un ancien djihadiste niçois qui l’accuse d’avoir "laissé faire"
Christian Estrosi. © BORIS HORVAT / AFP

Christian Estrosi n’a pas apprécié les accusations portées contre lui par un djihadiste niçois repenti dans le livre Les Revenants, du journaliste David Thomson, sorti le 1er décembre. Dans cet ouvrage, un jeune "minet niçois" de 18 ans, parti en Syrie, accuse l’ancien maire de Nice devenu président de la région PACA d’avoir été au courant de certains agissements dans son quartier et d’avoir "laissé faire".

Comme le rapporte Nice Matin ce lundi 5 décembre, Christian Estrosi "conteste ces propos", dixit son entourage, et a décidé de porter plainte en diffamation contre ce djihadiste repenti.

En cause donc, ces propos rapportés d’un jeune djihadiste niçois qui accuse :

"

Omar [Omsen] était bien connu. Quand je suis parti, ça devait faire la sixième ou septième saison de ses vidéos de propagande […] Il savait très bien ce qu’il faisait au quartier Saint-Charles. J’en veux au maire de Nice parce qu’il était au courant de tout ça, il a laissé faire.

"

Dans son livre, l’auteur écrit également que "tout au long du mandat" de Christian Estrosi à la mairie de Nice, "Omar Omsen a pu aisément infuser en profondeur, en toute impunité, et recruter à Nice, plus d’une centaine de jihadistes. Au point d’en faire aujourd’hui la ville la plus touchée en France par le phénomène".

Le Front national local a également réagi à ces révélations du livre. Dans un communiqué signé de Philippe Vardon, conseiller régional frontiste de PACA, le FN souligne qu'il "dénonce depuis près de 10 ans" "cette même passivité face aux islamistes, parfois transformée en complicité comme avec l’UOIF".

Du rab sur le Lab

PlusPlus