Et André Chassaigne (PCF) invoqua Wolinski pour expliquer son opposition à loi Macron

Publié à 11h57, le 27 janvier 2015 , Modifié à 23h10, le 29 janvier 2015

Et André Chassaigne (PCF) invoqua Wolinski pour expliquer son opposition à loi Macron
André Chassaigne, le 26 janvier 2015 à l'Assemblée nationale © Capture d'écran LCP

Les limites de la "méthode Macron" ? Si l’opération séduction lancée par le ministre de l’Economie a permis de convaincre plusieurs députés de droite et certains socialistes rebelles des bienfaits de son projet de loi "pour la croissance, l’activité et l'égalité des chances économiques", les communistes semblent déterminés à faire de la résistance. Pour justifier les réserves du groupe GDR, André Chassaigne a préféré l’image au long discours, lundi 26 janvier.

À la tribune de l’Assemblée nationale, le chef de file des communistes a invoqué une caricature de son ami Georges Wolinski, l’un des dessinateurs martyres de Charlie Hebdo :

On y voit une femme blottie sous les draps, qui s’exclame : 'Il pleut sur mon lit ! D’après les communistes, il faudrait réparer le toit'. Debout au pied du lit, un homme lui répond : 'Mais non, écoutez plutôt le Parti socialiste, il suffit de pousser le lit'.

Un dessin (retrouvé par Le Lab, ci-dessous) qui, selon André Chassaigne, illustre ces "deux conceptions du travail politique" qui distingueraient communistes et socialistes :

La première consiste à s’attaquer aux problèmes et au système. L’autre à les déplacer, et à s’inscrire dans le système en place, voire à le conforter. Votre texte, monsieur le ministre, (…) appartient à la seconde catégorie.


© L'Humanité

Ce n’est pas la première fois qu’un responsable du PCF fait référence à ce croquis de Wolinski, réalisé en novembre 1977, à l’époque où ce dernier collaborait à L’Humanité. Dans un hommage au caricaturiste assassiné, le 8 janvier, le quotidien communiste évoquait également "ce dessin qui nous est toujours resté en mémoire au moment des difficiles débats autour du programme commun (l’accord de gouvernement signé entre le PS, le PCF et les radicaux de gauche en 1972, NDLR)".

Regardez l'intervention d'André Chassaigne à l'Assemblée nationale :



La parabole d’André Chassaigne a en tout cas inspiré Emmanuel Macron. Sarcastique, le patron de Bercy a eu beau jeu de renvoyer la balle au député du Puy-de-Dôme, un peu plus tard à la tribune :

À vous écouter, je ne suis pas sûr que je vous voyais véritablement réparer le toit. Je vous ai plutôt entendu hululer autour du lit en courant pour qu’il arrête de pleuvoir.

Une chose est sûre, entre ces ceux-là, il n’y aura pas de réconciliation sur l’oreiller.

Du rab sur le Lab

PlusPlus