Et là, Jean-Christophe Cambadélis assure que les "problèmes sont réglés" en France

Publié à 15h56, le 29 mai 2016 , Modifié à 17h05, le 29 mai 2016

Et là, Jean-Christophe Cambadélis assure que les "problèmes sont réglés" en France
Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Camabadélis invité de RTL dimanche 29 mai.
Image Victor Dhollande-Monnier


SI, SI, C'EST FINI - Le premier secrétaire du Parti socialiste a une vision bien à lui des mouvements sociaux dans le pays. Après le durcissement de la mobilisation contre la loi Travail, après les blocages qui ont provoqué une pénurie partielle dans plusieurs milliers de stations-essence, après des affrontements violents entre les manifestants et les forces de l'ordre dans plusieurs villes de France, c'est fini. Quoi ? Si, si, c'est fini... enfin selon Jean-Christophe Camabadélis. 

Invité du Grand jury RTL/Le Figaro/LCI, Jean-Christophe Cambadélis assure que les "problèmes sont réglés". Malgré le préavis de grève déposé à la SNCF, la grève illimitée votée à la RATP et la menace de grève qui plane sur le transport parisien, le patron du PS est serein. Il dit :

Aujourd’hui, on est dans le déblocage. Regardez sur la question de l’acheminement de l’essence, aujourd’hui, il n’y a plus que 800 stations qui sont fermées. Aujourd’hui, on est dans une situation où les choses se débloquent. Les problèmes sont réglés, ou en passe d'être réglés.

Si Jean-Christophe Cambadélis vous le dit, vous pouvez le croire sur parole. D'ailleurs, il n'y a pas que sur la contestation de la loi Travail que le premier secrétaire du PS affiche une certaine sérénité. Prenez l'Euro de football qui débute le 10 juin. Sur ce dossier-là, pas de problème non plus. "Il n'y aura pas de grèves de trains et de métros", assure-t-il.  Et de poursuivre : 

Il n'y aura pas de grèves de trains et de métros. Je connais les responsables de la CGT, je ne peux pas croire une seule seconde qu'ils prennent en otage la France, parce que c'est l'image de la France qui est en cause. 

Si Jean-Christophe Cambadélis le dit... 

Du rab sur le Lab

PlusPlus