"Étape de plaine" : la métaphore cycliste de Jean-Marc Germain sur la campagne de Benoît Hamon

Publié à 14h22, le 17 février 2017 , Modifié à 14h33, le 17 février 2017

"Étape de plaine" : la métaphore cycliste de Jean-Marc Germain sur la campagne de Benoît Hamon
© Giphy
Image Victor Dhollande-Monnier


#VÉLOPOLTIQUE - La bonne dynamique est-elle déjà terminée pour Benoît Hamon ? Un peu moins de trois semaines après sa victoire à la primaire de Belle Alliance Populaire, certaines voix commencent à s’élever au sein du PS pour critiquer le début de campagne. 

La semaine dernière, Benoît Hamon a présenté une partie de son équipe de campagne, en prenant bien soin de respecter tous les courants du parti à la rose. Et ce week-end, il part trois jours au Portugal pour son premier déplacement de campagne à l'étranger. Selon son codirecteur de campagne Jean-Marc Germain, ces débuts sont surtout placés sous le signe de la "stabilité". Il explique au Figaro ce vendredi 17 février :

J'ai fait plus de 24 campagnes avec Martine Aubry, ce qui compte c'est d'abord la stabilité, et d'engranger. Pour le moment, nous sommes dans la plaine et ce ne sont pas les échappées dans la plaine qui font gagner le tour de France...

Traduction : détendez-vous les amis, ce n'est pas le moment d'accélérer. Et faites-moi confiance, je ne suis pas un lapin de six semaines. 

Et puis ces débuts en douceur correspondent peut-être finalement au caractère du candidat à l’élection présidentielle. Car à en croire Jean-Christophe Cambadélis, "le plus gros défaut de Benoît Hamon, c’est que c’est un garçon très réservé et donc il fait des efforts pour aller vers les autres". Le but d'un candidat à une présidentielle étant de rencontrer les Français, Hamon va devoir faire de GROS efforts. 





[A LIRE AUSSI SUR LE LAB]

Le geste de Hamon envers Hollande : deux hollandais nommés porte-parole de sa campagne

Pour Cambadélis, "le plus gros défaut" de Benoît Hamon est sa "timidité"

Du rab sur le Lab

PlusPlus