Étrangement, Jean-Yves Le Drian est toujours adhérent au PS et ne devrait pas connaître le sort d'Olivier Dussopt

Publié à 13h24, le 15 décembre 2017 , Modifié à 10h46, le 26 décembre 2017

Étrangement, Jean-Yves Le Drian est toujours adhérent au PS et ne devrait pas connaître le sort d'Olivier Dussopt
Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. © Bertrand GUAY / AFP

En mai dernier, la politique française a été bouleversée par l'élection d'Emmanuel Macron. Quelques jours après le second tour de la présidentielle, la France est passée du gouvernement Cazeneuve à celui d'Edouard Philippe. Une toute nouvelle équipe débarque dans l'exécutif, sauf deux têtes, celles d'Annick Girardin et de Jean-Yves Le Drian. Ce dernier, justement, ministre socialiste sous François Hollande, passe ainsi du jour au lendemain de la Défense au ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, sous Emmanuel Macron.

Le tout sans quitter le Parti socialiste.

C'est Jean-Yves Le Drian lui-même qui est venu évoquer cette situation unique ce vendredi 15 décembre.  Au micro de RTL, le "Menhir" confirme être toujours adhérent du Parti socialiste et déclare même réfléchir à reprendre sa carte l'année prochaine.

 

Je vais vérifier les orientations du PS à la fin de l'année. J'ai payé ma carte au début de cette année, comme tout un chacun.

Un socialiste ministre aux côtés d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe, ça ne vous rappelle rien ? Le 24 novembre dernier, le député PS Olivier Dussopt a été nommé secrétaire d'Etat. Rachid Temal, coordinateur du PS, avait immédiatement annoncé son exclusion "automatique" du parti. Pour Jean-Yves Le Drian, le temps de réflexion dure donc depuis... sept mois.

Contacté par le Lab, Rachid Temal n'a pas répondu à nos sollicitations.

Pour ce qui est de l'avenir, Jean-Yves Le Drian explique également qu'il choisira s'il reste ou quitte le PS "en fonction des orientations". Le congrès du parti doit se tenir en avril. Et si le PS 2018 ne lui convenait pas, pourrait-il rejoindre LREM ? "Vous le verrez", élude-t-il.

Une chose est sûre, Jean-Yves Le Drian bénéficie là d'un traitement de faveur inégalé de la part du Parti socialiste. D'autres en ont été exclus pour moins que ça. Pardon, pas "exclu", car le PS "prend acte" que untel "s'est mis en dehors du parti", mais n'exclut que rarement. Au printemps dernier, le PS avait d'abord été très ferme avec les socialistes soutenant des candidats communistes ou insoumis aux législatives, avant de prendre des sanctions contre ceux quittant le navire pour En marche.

Sous la présidence Hollande, le "Menhir" avait déjà bénéficié d'un traitement de faveur, pouvant être ministre tout en demeurant président de la région Bretagne. Mandat qu'il a abandonné avec Emmanuel Macron.

LIRE AUSSI SUR LE LAB
>>> Rachid Temal explique très sereinement que les socialistes qui rejoignent Génération.s ne sont plus membres du PS

Du rab sur le Lab

PlusPlus