Image Le Lab

Par Ioana Doklean
pour

"Je veux bien admettre : je suis sans doute différente, et sans doute très nulle, mais je pense aussi qu’il y a un refus de la personne qui ne vient pas du moule, et je paye le prix fort pour ça", confesse à Libération Eva Joly le 19 mars, pour expliquer les mauvaises intentions de vote dont elle est créditée dans les sondages.

La candidate EELV estime cumuler les handicaps : "Je suis une femme. D'origine étrangère. Et surtout, je n'en suis pas. Je ne suis pas de l'élite française"...

  1. 1

    "Je n'en suis pas"

    Sur liberation.fr

    La société française, avec ses écoles qui sont des distilleries d’élites, est dirigée par quelques milliers de personnes. Et lorsque vous prétendez rentrer dans ce cercle, on ne vous fait pas la place.
    Je suis sans doute différente, et sans doute très nulle...
    Mais je pense aussi qu’il y a un refus de la personne qui ne vient pas du moule, et je paye le prix fort pour ça. Je ne pense pas que c’est des idées écologistes, dont les gens ne veulent pas.

    C'est ce que confie Eva Joly à Libération, lundi dernier. Une grande interview devait paraître dans le quotidien mardi 20 mars, mais en raison de la tuerie de Toulouse, elle a été réactualisée pour être publiée mercredi 28 mars.