Face à Bernard Debré, Nadine Morano soutient que le terme "race" a une signification médicale

Publié à 12h52, le 09 octobre 2015 , Modifié à 14h28, le 09 octobre 2015

Face à Bernard Debré, Nadine Morano soutient que le terme "race" a une signification médicale
© Capture Facebook
Image


    ALLÔ DOCTEUR ? - Depuis deux semaines, on ne parle que de ça. "La France est un pays de race blanche" avait affirmé Nadine Morano le 27 septembre avant de rester arc-boutée sur ses propos. Invitée de RMC le 9 octobre (pour la deuxième fois de la journée), elle débat avec Bernard Debré, député LR de Paris, médecin de formation (urologue).

    S'insurgeant toujours contre les sanctions contre elle, elle prend à partie Bernard Debré et dénonce une "police politique" qu'elle "n'accepte pas" :

    Encore moins de Bernard Debré parce que il est soi-disant gaulliste, que son père a écrit la Constitution, que dans la Constitution, en son article premier, et il le sait, il y a le mot race où l'on dit sans distinction d'origine, sans distinction de race, ça veut bien donc dire qu'il y a des races dans notre pays et qu'il faut justement qu'il n'y ait pas de distinction de races.

    Propos immédiatement repris par le député LR qui la relance. S'ensuit l'échange suivant, où la chroniqueuse François Degois intervient également :

    - Bernard Debré : Nadine, tu peux m’accuser de ce que tu veux, ça m'est complètement égal. Tu as tout à fait le droit. Et d'ailleurs, je le dis, et c'est pour ça que j'ai dit qu'il ne fallait pas te virer des Républicains parce qu'on avait le droit de dire ce qu'on voulait. Cela dit, être tête de liste aux élections régionales quand on a dit ce que tu viens de redire encore, 'il y a des races'... Il n'y a pas de "race".

    - Nadine Morano : Bah c’est ton opinion. Mais tu as le droit de l'avoir.

    - Françoise Degois : Non, c'est l'opinion de généticiens.

    - Nadine Morano : Ce n'est pas vrai.

    - BD : Non mais attends, attends. Moi, je parle au niveau génétique et médical : ça n'existe pas le mot "race". 

    - ND : Mais ce n'est pas ce que d'autres médecins me disent, tu vois. Il y a même des gens qui m'ont envoyé leurs analyses médicales. Et c'est dans toutes les Constitutions, si le mot race doit être interdit alors interdisons-le.

    - BD : Nadine, Nadine, veux-tu m'écouter deux minutes ? Le mot 'race' au niveau médical n'existe pas. 

    - NM : Ce n'est pas ce que tous les médecins me disent. Ils m'écrivent aussi pour ça.

    - BD : Bah ils se trompent. On peut greffer un rein d'un homme noir à un homme jaune, d'un homme jaune à un homme blanc, ce qui veut dire qu'il n'y a pas de races. Il y a la race humaine. Il y a des couleurs.

    Ici, Nadine Morano tente de justifier son approche en expliquant que des médecins lui écrivent pour soutenir sa thèse. Thèse battue en brèche par le député de Paris, médecin réputé. Sachez-le, dans sa valise de mails, il y aurait donc aussi des mails de médecins.

    À LIRE AUSSI SUR LE LAB :

    "Race blanche" : Nadine Morano "s'excuse auprès des Français blessés" (mais certainement pas de LR) 

    VIDÉO - Et là, Bruno Gollnisch apporte son soutien à Nadine Morano : "Tiens bon Nadine !" 

    "Race blanche" : l'affaire Nadine Morano résumée en une vidéo d'une minute





    À LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

    Pourquoi "l'affaire Morano" gêne Sarkozy aux entournures

    Du rab sur le Lab

    PlusPlus