Fleur Pellerin accuse durement le coup après son renvoi du gouvernement

Publié à 06h40, le 12 février 2016 , Modifié à 12h52, le 12 février 2016

Fleur Pellerin accuse durement le coup après son renvoi du gouvernement
Fleur Pellerin © AFP
Image Etienne Baldit


C'est l'une des surprises du remaniement. Fleur Pellerin a été évincée du ministère de la Culture, jeudi 11 février, à l'occasion des changements au gouvernement opérés par François Hollande. Un renvoi que personne n'attendait vraiment... et surtout pas la première intéressée.

Au Sénat, après la séance de questions au gouvernement et juste avant le remaniement jeudi, la résidente de la rue de Valois confiait ainsi, souriante : "J'en suis à mon troisième ou quatrième gouvernement, donc je suis sereine maintenant". Elle le sera beaucoup moins une fois le couperet tombé. D'après RTL, Fleur Pellerin vit alors très mal cette annonce, allant jusqu'à frôler l'évanouissement.

Une version peu ou prou corroborée par un ministre qui assiste à la scène, cité par Le Figaro ce vendredi. Selon ce membre du gouvernement, la désormais ex-ministre aurait "fondu en larmes". Et le même d'ajouter :

C'est vraiment vache. Hollande lui avait dit récemment au cours d'un déplacement qu'il était très content de son travail. Elle ne s'y attendait pas du tout. 

Prévenue quelques dizaines de minutes avant l'annonce officielle faite par l'Élysée sur Twitter, Fleur Pellerin a donc été totalement prise de court. Elle est remplacée par Audrey Azoulay, jusqu'ici conseillère culture de François Hollande à l'Élysée. 

Ces informations ont semble-t-il légèrement indigné l'ancienne ministre Marie-Arlette Carlotti. Redevenue députée socialiste en quittant son poste de ministre déléguée aux Personnes handicapées en mars 2014, l'élue des Bouches-du-Rhône s'en prend au "manque d'élégance" de *quelqu'un* qu'elle prend toutefois soin de ne pas nommer (mais c'est tout comme) :





[Edit 8h30 : ajout tweet Carlotti]

[BONUS TRACK]

D'après l'ancien ministre Frédéric Cuviliier, Fleur Pellerin paye en réalité un manque de proximité avec le cercle proche du chef de l'État. Le député PS du Pas-de-Calais l'a ouvertement expliqué sur Twitter, dans la nuit de jeudi à vendredi :









[Edit 12h50]

Auprès du Point, des proches de Fleur Pellerin démentent les deux versions selon lesquelles la ministre aurait pleuré et manqué de sévanouir. "Oui, elle a le visage déconfit, de quelqu'un de secoué. Mais elle ne pleure pas ni ne manque de s'évanouir. Fleur Pellerin n'a jamais pleuré en public ces dernières années, seulement une fois lors du décès d'un jeune collaborateur", dit l'un. "Affirmer que Le Guen la console, dire qu'elle pleure, qu'elle manque de s'évanouir, c'est tellement sexiste, cela montre le machisme des médias et du monde politique", ajoute un autre. 

L'hebdomadaire précise par ailleurs que c'est Jean-Marie Le Guen qui l'a informée de son limogeage, la prenant "sous le bras d'une manière très affectueuse" et lui disant : "Manuel Valls t'a défendue, mais tu as été débranchée". C'est ensuite qu'elle aurait eu François Hollande durant six minutes. Le chef de l'État lui aurait alors expliqué, selon Le Point :



Ce n'est pas ton travail qui est remis en cause. Mais j'ai besoin de quelqu'un pour faire de la politique.

Du rab sur le Lab

PlusPlus