Fleur Pellerin tente de déminer une interview contestée via les réseaux sociaux

Publié à 07h59, le 15 octobre 2012 , Modifié à 08h04, le 15 octobre 2012

Fleur Pellerin tente de déminer une interview contestée via les réseaux sociaux
(Maxppp)
Image Delphine Legouté

Par

Mieux que le droit de réponse, les réseaux sociaux. Ce week-end du 14 octobre, Fleur Pellerin a voulu déminer une interview parue dans Le Parisien. La ministre déléguée chargée des PME et de l'Economie numérique accuse le quotidien d'avoir "tronqué" ses propos et a choisi Facebook et Twitter pour répondre aux critiques.

Que s'est-il passé ? Le 14 octobre, un entretien parait dans le quotidien avec cette question : "Vous avez été adoptée. Que pensez-vous du débat sur l'adoption par les couples homosexuels ?"

La réponse de Fleur Pellerin surprend : elle semble s'éloigner de la ligne gouvernementale en ne cautionnant pas mariage et adoption pour tous :

J’ai beaucoup de mal à avoir une position de principe sur ces questions. C’est très privé. C’est toujours compliqué de légiférer sur des choses qui relèvent de la sphère de l’intime.

Surprise donc, notamment chez le président des jeunes socialistes Thierry Marchal-Beck qui interpelle la ministre sur twitter : "J'aimerais que 100% des membres du gouvernement soutiennent activement le droit au mariage et à l'adoption". Ou chez Philippe Lasnier, conseiller auprès de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris.

Fleur Pellerin leur a donc répondu sur les réseaux pour dénoncer une "réponse tronquée":

cher @thierrymb, comme je l'ai dit au Parisien (mais ma réponse a été tronquée), je suis favorable au mariage et à l'adoption pour tous. 1/2

— Fleur Pellerin (@fleurpellerin) October 14, 2012


Sur Facebook, elle en fait de même :

@ Philippe Lasnier : cher Philippe, comme je l'ai dit au Parisien (mais ma réponse a été tronquée), je suis favorable au mariage et à l'adoption pour tous. Mon opinion serait la même si je n'étais pas moi-même adoptée.

A lire également sur Le Lab:

> Comment Fleur Pellerin utilise twitter

Du rab sur le Lab

PlusPlus