François Asselineau accuse le premier président de la Commission européenne, Walter Hallstein, d’avoir été "un juriste envoyé par Adolf Hitler"

Publié à 11h06, le 13 avril 2017 , Modifié à 11h36, le 13 avril 2017

François Asselineau accuse le premier président de la Commission européenne, Walter Hallstein, d’avoir été "un juriste envoyé par Adolf Hitler"
© Capture d'écran Europe 1
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

François Asselineau le répète depuis le début de la campagne, son dada à lui, c’est le "Frexit". Pour le président de l’Union Populaire Républicaine (UPR), tous les maux ou presque de la France sont imputables à l’Europe. Et pour taper sur l’Europe, tous les moyens sont bons, quitte à laisser clairement entendre que le premier président de la Commission européenne était proche… d’Adolf Hitler.

Invité d’Europe 1 jeudi 13 avril, François Asselineau est questionné sur une récente sortie de l’un des délégués régionaux de l’UPR. Lundi dernier, Daniel Bellut avait expliqué que des "multinationales allemandes et américaines, qui ont financé Adolf Hitler, étaient aux origines de l’Union européenne". Si le candidat de l’UPR à l’élection présidentielle estime que ce n’était pas le "bon moment" pour avancer une telle thèse, il s’interroge à son tour sur les origines de la construction européenne. Voici l’échange qu’il a eu avec Thomas Sotto :

"

- François Asselineau : D’abord, c’est pas notre délégué régional. Deuxièmement, je crois que ce n’était pas très intéressant, d’un point de vue politique, de parler de ça en ce moment. Mais sur le fond, il faudrait entamer un grand débat, sur le fond, sur les origines de la construction européenne…



- Thomas Sotto (le coupe) : ça veut dire que vous n’êtes pas en désaccord avec ce qu’il dit ?



- François Asselineau : Ecoutez, c’est un débat d’historiens. Moi, je ne suis pas en train de chercher un poste de doyen de la faculté d’Histoire mais il faut qu’il y ait un débat qui ait lieu sur les origines de la construction européenne. D’ailleurs, les auditeurs devraient aller se renseigner sur le…



- Thomas Sotto (le coupe) : financée par des multinationales allemandes et américaines qui ont financé Adolf Hitler, c’est là l’origine de l’Union européenne ?



- François Asselineau : Alors ça, euh, écoutez. Henri Ford avait été reçu par Göring. C’est tout à fait exact que quelqu’un comme Walter Hallstein, le premier président de la Commission européenne, a été un juriste envoyé par Adolf Hitler en 19  38 pour négocier avec les Italiens un projet de nouvelle Europe. Mais ça, ça fait partie… J’invite les auditeurs à aller se renseigner Walter Hallstein sur notre site upr.fr ou bien sur Wikipedia.

"

Première information, Daniel Bellut n’est pas délégué régional de l’UPR. Mais il est bien délégué départemental du Rhône.

Deuxième information, François Asselineau ne "cherche pas un poste de doyen de la faculté d’Histoire". La mise au point est faite.

Enfin, le candidat à l’élection présidentielle veut un "débat sur les origines de la construction européenne". Et il a déjà pas mal d’informations à ressortir, notamment sur le premier président de la Commission européenne, Walter Hallstein. Dans une vidéo postée sur le site de l’UPR, François Asselineau revient sur le passé "nazi" de Walter Hallstein. Selon lui, Adolf Hitler et Benito Mussolini ont mis en place en 1938 un plan pour bâtir une Europe. Et Walter Hallstein aurait établi "le cadre juridique" de ce plan machiavélique.

Comme le conseille François Asselineau, on a consulté aussi bien le site de l’UPR que Wikipedia. Et Wikipedia est beaucoup moins catégorique sur les origines de Walter Hallstein qu’Asselineau. Juriste allemand, Hallstein n’était pas membre du Parti national-socialiste après l’accession d’Hitler au pouvoir. "Il était en revanche, à l'instar de beaucoup d'autres juristes, membre de diverses organisations professionnelles prises en mains par le régime nazi telles que l'Association national-socialiste des enseignants", comme l’explique Wikipedia"Mais il est reconnu pour avoir gardé ses distances avec les nazis, dont il rejetait l'idéologie". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus