François Baroin voit des similitudes entre les affaires Fillon et Ferrand : "la même ligne de défense, la même incapacité à lever tous les soupçons"

Publié à 15h12, le 31 mai 2017 , Modifié à 15h12, le 31 mai 2017

François Baroin voit des similitudes entre les affaires Fillon et Ferrand : "la même ligne de défense, la même incapacité à lever tous les soupçons"
François Baroin. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Image Sébastien Tronche


Moralité, légalité, suffrage universel : les éléments de défense de Richard Ferrand rappellent fortement ceux de François Fillon. Et cela n’a pas échappé à François Baroin, le chef de file de Les Républicains pour la campagne des législatives.

En déplacement ce mercredi 31 mai à Rouen, François Baroin estime que la défense du ministre de la Cohésion des territoires par Edouard Philippe et ses explications sont "très largement insuffisantes". "Je pense que la situation devient de plus en plus intenable", ajoute le maire de Troyes, avant de faire le parallèle entre l’affaire Ferrand et l’affaire Fillon d'emplois présumés fictifs dans sa famille qui a plombé la campagne présidentielle du vainqueur de la primaire de la droite :

C'est une défense qui soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponses. Elle rappelle malheureusement ce qui s'est passé avec François Fillon.

Il poursuit :

Il y a la même ligne de défense, la même incapacité à lever tous les soupçons. Seule la justice peut le faire.

>> A lire aussi sur le Lab : Ces éléments de défense de Ferrand qui nous font fortement penser à ceux de Fillon  

François Baroin, qui a soutenu jusqu’au bout François Fillon quand une partie de la droite le lâchait, appelle également le gouvernement à "prendre des décisions beaucoup plus radicales s'il veut que la sincérité de cette fin de campagne des législatives soit le garant d'un choix clair pour les Français".

Mardi soir, le Premier ministre Édouard Philippe a renouvelé sa confiance à Richard Ferrand, tout en prenant note de "l'exaspération des Français" alors que de nombreuses voix, à droite comme à gauche, demandent sa démission.

Le ministre de la Cohésion des territoires, macroniste de la toute première heure, est soupçonné de favoritisme depuis des révélations du Canard enchaîné sur une opération immobilière impliquant sa compagne.

Du rab sur le Lab

PlusPlus