François Bayrou compare les meetings à un "contact amoureux"

Publié à 12h58, le 26 janvier 2017 , Modifié à 13h01, le 26 janvier 2017

François Bayrou compare les meetings à un "contact amoureux"
François Bayrou © AFP

LOVE ME, PLEASE LOVE ME - On ne sait toujours pas si François Bayrou sera, ou non, candidat à la présidentielle. Le patron du MoDem reste désespérément silencieux sur son choix, qu'il réserve pour la mi-février. Tout au plus sait-on que le cinquième homme de 2012 a toujours l'envie d'une quatrième candidature et du contact avec le peuple de France.

Car si la présidentielle est habituellement définie comme "la rencontre d'un homme et du peuple", François Bayrou a sa propre vision de la relation quasi-intime qui unit un candidat à son électorat. Dans Le Parisien jeudi 25 janvier, on apprend en effet ceci à son sujet :

"

Il adore les meetings, la foule, qu'il compare volontiers au 'contact amoureux'.

"

Une terme qui n'est pas sans en rappeler un autre, employé par Michèle Alliot-Marie, selon qui un meeting s'apparente à "un orgasme". Cela dit, François Bayrou sait aussi que l'élection suprême n'est pas une partie de plaisir (vous l'avez ?). Il dit également, cité par Le Parisien :

"

La présidentielle, ils croient tous que c'est une élection facile. C'est une élection méchante, où vous passez à l'échographie, à l'IRM.

"

C'est tout de suite moins sexy.

Et en attendant de connaître les véritables intentions du maire de Pau 10 ans après sa troisième place à cette fameuse présidentielle qu'il a "failli gagner", vous pouvez toujours lire son nouveau livre. Résolution française sort le 1er février en librairies. Il y sera notamment question d'Emmanuel Macron et de François Fillon même s'ils ne sont jamais cités nommément, comme le relate encore Le Parisien. Avec notamment cette attaque contre le candidat de la droite et son programme "radical" :

"

Qu'on veuille bien se souvenir que Margaret Thatcher, c'était il y a trente ans.

"


À LIRE SUR LE LAB :

François Bayrou nie tout pacte secret avec François Fillon : "c’est de l’intox"

Du rab sur le Lab

PlusPlus