Bayrou salue l'attaque de Poutou contre Marine Le Pen, "le moment le plus fort" du débat

Publié à 12h02, le 05 avril 2017 , Modifié à 12h05, le 05 avril 2017

Bayrou salue l'attaque de Poutou contre Marine Le Pen, "le moment  le plus fort" du débat
François Bayrou © Capture d'écran BFMTV
Image Sylvain Chazot


Cela restera comme l'un des grands moments du débat présidentiel organisé mardi 4 avril sur BFMTV et CNEWS. Philippe Poutou, par son franc-parler, s'est détaché des 10 autres candidats à l'Élysée. Même des adversaires politiques du candidat du NPA le reconnaissent, comme François Bayrou, soutien d'Emmanuel Macron.

Le président du MoDem l'admet, ce mercredi sur BFMTV : Philippe Poutou l'a impressionné, surtout lorsqu'il s'en est directement pris à Marine Le Pen. "J'ai trouvé le moment le plus fort de tous, c'est Philippe Poutou avec une formule absolument juste et décapante, cette formule étant 'vous quand on vous convoque, vous n'y allez pas, parce que vous avez une immunité parlementaire ; nous quand on nous convoque, on est obligé d'y aller : il n'y a pas d'immunité ouvrière", se rappelle le centriste. Il ajoute :



C'est une formule qui pose la question de la moralisation de la vie publique en termes absolument transparents.

Pour François Bayrou, cette question de la transparence est essentielle dans cette campagne présidentielle car elle est une part de la confiance des Français. "Est-ce qu'une société comme la société française peut retrouver la confiance : confiance en elle, confiance dans son avenir, confiance dans sa démocratie ? C'est ça la question. Et vous voyez  bien que cette question-là elle trouve des réponses extrêmement diverses et parfois extrêmement dangereuses", poursuit le maire de Pau, estimant que la moralisation de la vie publique participe decette confiance.

Le climat qui entoure cette campagne présidentielle, avec les affaires qui ont touché François Fillon et Marine Le Pen, tout cela perturbe (alerte litote) la confiance des Français envers leurs dirigeants, déjà bien entamée. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus