François Fillon, à propos de la passation Hollande/Macron : "Comment peut-on faire tout ça avec une mise en examen ?"

Publié à 08h16, le 02 novembre 2017 , Modifié à 08h28, le 02 novembre 2017

François Fillon, à propos de la passation Hollande/Macron : "Comment peut-on faire tout ça avec une mise en examen ?"
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Image Amandine Réaux


Le 14 mai, la France a les yeux rivés sur la télévision. Le petit écran retransmet en direct les images de la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron. On regarde, parfois yeux ébahis, celui qui était encore inconnu du grand public trois ans auparavant, cet ancien conseiller com’ du président socialiste au parcours exceptionnel, ce trublion ministre de l’Économie qui a déjoué tous les sondages - un an plus tôt, Alain Juppé était le grand favori, six mois plus tôt, François Fillon était déjà quasiment élu Président.

Justement, le troisième homme de la présidentielle n’a pas regardé en direct la cérémonie, trop occupé qu’il était à chasser le chevreuil au Royaume-Uni, lors d’un week-end au vert organisé par son ami Henri de Castries, ancien PDG d’Axa, apprend-on dans une enquête du Point parue ce jeudi 2 novembre. Mais voici ce qu’il a confié à un intime après avoir finalement visionné les images de la passation :



Quand j’ai vu les images de la passation de pouvoir, Macron remontant les Champs-Élysées, passant les troupes en revue, regardant le président du Conseil constitutionnel dans les yeux, comment peut-on faire tout ça avec une mise en examen ?


Le grand retour du "Qui imagine le général de Gaulle mis en examen ?" L’ancien Premier ministre le reconnaît : il n’aurait pas pu enfiler le costume de chef de l’État avec une mise en examen. On retrouve, dans cet aveu, le François Fillon d’avant les affaires, parangon de l’exemplarité et de l’intégrité. Mais lucide, en sus.

Ce n’est en revanche pas l’état d’esprit qu’avait adopté l’ancien candidat à la présidentielle à partir des premières révélations du Canard Enchaîné, allant jusqu’à renier sa promesse de se retirer de la course à l’Élysée en cas de mise en examen. Le 23 avril, François Fillon est arrivé troisième, annonçant dans la foulée son retrait de la vie politique.





[BONUS TRACK]

La nouvelle vie de François Fillon n’est pas sans surprise. Ainsi lit-on dans cette enquête du Point que l’ex-prétendant à l’Élysée a été approché par une marque de prêt-à-porter masculin "pour lui proposer de participer à une campagne de publicité". Refus de l’intéressé (ce n'est pas Arnaud Montebourg qui aurait fait ça). Il faut dire qu’après l’épisode des costumes, un oui aurait peut-être *un tout petit peu* fait tache.

"Il n’est depuis pas un dîner où il ne raconte, avec humour, qu’il aurait pu, à défaut d’être élu président, devenir mannequin", poursuit l’hebdomadaire de façon encore plus surprenante. Dans sa nouvelle vie, l’ex-Premier ministre réputé austère fait donc même de l’humour.

Du rab sur le Lab

PlusPlus