François Fillon explique pourquoi sa femme a dit qu'elle n'avait jamais été engagée en politique alors qu'elle travaille pour lui "depuis 1981"

Publié à 20h22, le 26 janvier 2017 , Modifié à 13h02, le 27 janvier 2017

François Fillon explique pourquoi sa femme a dit qu'elle n'avait jamais été engagée en politique alors qu'elle travaille pour lui "depuis 1981"
Image Victor Dhollande-Monnier


La meilleure défense, c'est l'attaque. Voilà la stratégie qu'a adopté François Fillon. Deux jours après la publication de l'article du Canard Enchaîné sur l'emploi fictif présumé de Penelope Fillon, le candidat à l'élection présidentielle est monté au créneau. "Je l'aime, je la défendrai, je la protègerai", a-t-il expliqué jeudi 26 janvier sur le plateau du JT de 20h de TF1. 

Il est tout de suite apparu affecté par ces accusations. Et il les a aussi rapidement balayées d'un revers de main. Après avoir loué ses qualités, l'ancien Premier ministre a affirmé que son épouse travaillait pour lui "depuis toujours, depuis 1981". Il a dit : 

Mon épouse est remarquable, elle est exceptionnelle. Vous n’imaginez pas à quel point elle souffre qu’on puisse penser qu’elle n’a pas respecté les règles. Alors je le dis ce soir : je l’aime, je la défendrai, je la protégerai. Et je dis à tous ceux qui voudront s’en prendre à elles qui me trouveront en face. [...] Ma femme travaille pour moi depuis toujours, depuis 1981, ma première élection. Elle m'a toujours accompagné dans ma vie publique. D’ailleurs, je pense que je n’aurais pas fait le parcours que j'ai fait sans son soutien et sans son aide. Elle a corrigé mes discours. Elle a reçu d'innombrables personnes que je ne pouvais pas voir. Elle m'a représenté dans des manifestations, dans des associations. Elle me faisait la synthèse de la presse. 

"Elle l'a fait bénévolement pendant des années", a ensuite précisé François Fillon pour mieux raconter le parcours de son épouse. En 1997, l'un de ses "collaborateurs parlementaires est parti". "Je l'ai remplacé par Penelope", qui est restée à ce poste jusqu'en 2013. 

En quelques minutes, François Fillon a donc minutieusement retracé la carrière de sa femme. Une carrière passée, selon les dires de son mari, à collaborer à la chose politique en tant qu'attachée parlementaire notamment, depuis 1997. Sauf que fin 2016 - mais aussi en 2008 et en 2002 - Pénélope Fillon assurait qu'elle ne s'était "jamais impliquée dans la vie politique de son mari". Le présentateur de TF1 Gilles Boulleau lui fait remarquer cette incohérence. François Fillon reste droit et affirme : 

Elle a voulu dire, et c’est très clair, qu’elle n’a jamais fait de politique, au sens où elle n’a jamais été en première ligne. Elle n’a jamais été engagée, c’est une femme qui est discrète, qui ne va pas sur les plateaux de télévision, ni dans les radios, qui ne fréquente pas les couloirs de l’Assemblée nationale. 

Mercredi 25 janvier, le parquet national financier a décidé d'ouvrir une enquête pour "détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits". François Fillon a assuré qu'il "fournirait tous les justificatifs nécessaires à la justice". Mais pas question pour autant de "se livrer au tribunal médiatique". 

Pour le vainqueur de la primaire de la droite, toutes ces accusations sont destinées à "l'atteindre". Et comme certains de ses porte-parole avant lui, François Fillon a évoqué le travail "d'officines" : 

Je ne trouve pas de mot pour dire mon dégoût devant le caractère abject de cette accusation. Je fais de la politique depuis plus de 30 ans, j’en connais les règles. J’ai le cuir épais ? Je savais qu’en me présentant à l’élection présidentielle, j’allais affronter toutes les calomnies. Mais pas celles-là, pas celles qui consistent à attaquer ma femme pour m’atteindre [... ] On le voit bien qu’il y a une tentative de la part d’officines, de la part de groupes extérieurs, de se mêler du travail parlementaire, de la fonction des assistants parlementaires. 

Enfin, François Fillon s'est montré également très ferme sur les suites de cette affaire. Il a en effet assuré qu'il porterait plainte "contre tous les journaux qui affirment que sa femme avait un emploi fictif". 





[BONUS TRACK] Pour mieux rappeler le caractère légal de l'emploi de personnes de sa famille au Parlement, François Fillon a révélé qu'il avait déjà "rémunéré deux de ses enfants" pour un travail précis. Et d'expliquer : 

Je vais vous dire quelque chose que vous ne savez pas. Lorsque que j’étais sénateur, il m’est arrivé de rémunérer pour des missions précises deux de mes enfants qui étaient avocats en raison de leurs compétences. Est-ce qu’il faut revenir sur cette règle-là ? Je n’en sais rien. Mais moi, j’ai pris les devants en 2013 car j’ai compris au fond que l’opinion publique avait évolué sur ces questions-là, qu’il y avait ces soupçons, qu’il y avait une forme d’exigence différente. 

On n'a donc vraiment rien compris à l'affaire depuis le début. François Fillon est en fait un précurseur dans le travail des collaborateurs à l'Assemblée nationale. Point final. 





A LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

Solère confirme que Pénélope Fillon a été rémunérée comme attachée parlementaire de François Fillon

> Fin 2016, Pénélope Fillon disait ne s'être "jamais impliquée dans la vie politique de son mari"

> "PénélopeGate" : la droite s’interroge sur la rapidité de l’ouverture d’une enquête (et parle d’officine)

VIDÉO – La défense calamiteuse de Valérie Boyer à propos de l'affaire Penelope Fillon

"PénélopeGate" : L’argumentaire bancal des porte-flingue de Fillon 

Du rab sur le Lab

PlusPlus