François Fillon : "Il est probable que je sois sur écoute"

Publié à 19h13, le 25 mars 2017 , Modifié à 19h24, le 25 mars 2017

François Fillon : "Il est probable que je sois sur écoute"
© VALERY HACHE / AFP
Image Amandine Réaux


Qu'importent les répliques du président de la République. Après avoir accusé la gauche de vouloir le "tuer" et accusé François Hollande d'être à la tête d'un "cabinet noir" orchestrant les affaires judiciaires contre lui, François Fillon a surenchérit samedi 25 mars. Selon Le Figaro, le candidat LR juge désormais "probable" d'être sur écoute :



On est dans une situation où il est probable que, compte tenu des procédures judiciaires, je sois sur écoute, quand j’apprends que le Président se fait remonter les résultats des écoutes judiciaires à l’Elysée. Cela veut dire que le président de la République peut potentiellement écouter un candidat à l'élection présidentielle. Mais attendez, on est dans quelle démocratie là ?


"Je connais la logique du système médiatique qui marche aux rumeurs et aux scandales, avait-il déclaré vendredi lors d'un meeting à Biarritz. Mais je vois aussi les manigances politiques : mardi, de façon quasi ordonnée, Hollande, Macron et le PS ont réclamé mon retrait et donc la disparition de la droite et du centre de l'élection présidentielle. La seule façon de sauver la gauche, c'est de tuer Fillon", avait-il lancé devant une assistance d'environ 2.000 personnes relativement atone.

Jeudi, lors de L'Émission politique sur France 2, François Fillon avait évoqué l'ancien Premier ministre socialiste Pierre Bérégovoy, mis en cause dans une affaire de prêt et qui s'est suicidé en 1993.

Il avait également dénoncé un "scandale d'Etat", accusant François Hollande d'organiser à la tête d'un "cabinet noir" les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires. Le chef de l'Etat a répliqué vendredi, jugeant le candidat de la droite "au delà, ou en deçà" de la "dignité" et de la "responsabilité" à observer pendant une élection présidentielle.

Du rab sur le Lab

PlusPlus