François Fillon raconte à Gala à quel point il était rebelle quand il était jeune

Publié à 18h06, le 29 septembre 2015 , Modifié à 18h06, le 29 septembre 2015

François Fillon raconte à Gala à quel point il était rebelle quand il était jeune
Le rebelle © JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Image Sylvain Chazot


Austère, François Fillon ? Sérieux ? Peut-être aujourd'hui. Pourtant, rien ne le prédestinait à renvoyer une telle image. Car, sachez-le : quand il était jeune, l'ancien Premier ministre était un vrai punk. Fuck Yeah !

On l'admet volontiers, il est difficile d'imaginer François Fillon en apôtre de Sid Vicious – bien avant l'heure puisque les punks ont débarqué à la fin des années 70. Et pourtant, comme il le confie longuement à Gala de ce mercredi 30 septembre, le jeune François était vraiment un rebelle. Après avoir expliqué à l'hebdomadaire que, dans sa chambre, il y avait "l’image des Rolling Stones" à côté de celle du général de Gaulle, le député LR de Paris raconte :

J’étais en fait un élève assez dissipé en 5ème  et 4ème notamment, je m’ennuyais en classe. Il m’est arrivé de lancer une ampoule lacrymogène pendant une heure d’étude surveillée juste pour le plaisir de chahuter.

François Fillon était donc un ouf malade. En mai 68, il a même fait "le mur" pour "aller voir ce qui se passait de plus près". Une excursion qui a tourné court, comme le précise l'intéressé. Celui qui deviendrait Premier ministre est rentré chez lui pour dormir et "les gendarmes ont pu retracer [son] itinéraire et retrouver [ses] camarades cachés dans une grange.

Et on ne parle pas de l'ambiance au sein de la famille Fillon. Là encore, le petit François était un grand rebelle. Il explique :

Comme j’étais assez insolent, nous avions des discussions animées à table. […] Elle [sa mère, ndlr] me comprenait et prenait généralement mon parti contre mon père. Elle a toujours couvert mes frasques.

"Frasques" et "Fillon", deux termes que l'on n'a pas forcément l'habitude de voir associés.

Du rab sur le Lab

PlusPlus