Les propositions polémiques de François Fillon sur la Sécurité sociale sont toujours sur son site internet

Publié à 09h41, le 11 janvier 2017 , Modifié à 09h53, le 11 janvier 2017

Les propositions polémiques de François Fillon sur la Sécurité sociale sont toujours sur son site internet
François Fillon © Capture d'écran BFMTV
Image Sylvain Chazot


Il est 8h39 ce mercredi 11 janvier et, sur BFMTV, François Fillon choisit l'exceptionnel : il reconnaît une erreur commise par lui et son équipe au sujet de la réforme de la Sécurité sociale. Face à Jean-Jacques Bourdin, il dit :

Cette affaire de Sécurité sociale, on n'a pas été bons, on n'a pas été clairs dans nos propositions.

Voilà. Fin du spectacle. Rompez le ban. Les propositions polémiques de François Fillon sur la Sécurité sociale – et cette distinction entre "gros risques" et "petits risques" - sont mortes et enterrées. Cela ne signifie pas pour autant que le candidat LR à la présidence de la République considère, aujourd'hui, que l'assurance maladie fonctionne de manière optimale. "Une simple épidémie de grippe est en train de paralyser complètement le système", dit-il pour justifier des réformes, mais pas celles qu'il proposait en 2016.

Ce que nous avions écrit a été mal compris. Je l'ai retiré. Je l'ai retiré.

Mais ce n'est pas parce que François Filon répète deux fois la même chose que cela est vrai. Mi-décembre, la proposition la plus contestée de son programme sur la Sécurité sociale a bien été retirée de son site internet. Il s'agissait de faire une distinction entre les "gros risques", couverts par l'assurance maladie, et les "petits risques", à la charge des mutuelles. C'est donc ça qui avait été "mal compris" puis "retiré" x2.

Sauf que cette proposition figure toujours sur le site internet de François Fillon, fillon2017.fr. Le candidat a publié un abécédaire de son programme établi en septembre 2016, bien avant sa victoire à la primaire de la droite, bien avant que ses adversaires s'intéressent à ses propositions, bien avant qu'ils ne les attaquent. Et que trouve-t-on page 90 de cet abécédaire, sous l'onglet "Santé" ? Exactement ceci :

Au contraire, assurons en priorité l'avenir du système de santé et rétablissons son équilibre financier. Une règle d'or viendra imposer l'équilibre des comptes pour les dépenses maladie. Je ferai, en outre, recentrer l'assurance maladie sur les affections graves et l'assurance privée sur le reste.



À entendre François Fillon aujourd'hui, ce distinguo n'est plus d'actualité. Le candidat à l'élection présidentielle entend même faire de nouvelles propositions d'ici février. "Ce que je veux, c'est qu'il y ait une meilleure répartition entre les mutuelles et la Sécurité sociale et que les mutuelles soient plus contrôlées parce qu'on a vu hier [mardi] je crois dans plusieurs enquêtes qui ont été publiées que la réforme qui a consisté à rendre obligatoires les mutuelles s'est traduite par des baisses de remboursement", assure François Fillon sur BFMTV, promettant de créer une agence de régulation sur les mutuelles.

Mais avant de formuler ces nouvelles propositions, il conviendra de faire le ménage sur le site internet de campagne. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus