François Hollande estime qu'il sera impossible de revenir sur la réforme du cumul des mandats

Publié à 18h58, le 06 octobre 2016 , Modifié à 06h16, le 07 octobre 2016

François Hollande estime qu'il sera impossible de revenir sur la réforme du cumul des mandats
© capture d'écran Lcp
Image Aurélie Marcireau


François Hollande, ce jeudi 6 octobre à l'Assemblée nationale dans le cadre du colloque "Refaire la démocratie", a procédé à un retour d'expérience sur les institutions après plus de quatre ans passés à l'Elysée. Un petit bilan de ce qu'il reste à faire. L'occasion de donner son avis sur les propositions des uns et des autres mais surtout des candidats à la primaire de la droite.

Il a plusieurs certitudes François Hollande. Pour lui, il sera impossible de revenir sur la réforme du cumul des mandats. Dans son viseur notamment Nicolas Sarkozy qui milite pour la fin de cette réforme. Le président de la République explique : 

Bon courage à celles et ceux qui veulent aller vers les Français pour défendre un ordre ancien.

Il continue  :

Comment le justifier sinon par la volonté de complaire à tort à des élus qui veulent être pleinement parlementaires de la Nation ?

Mauvaise idée donc de revenir sur cette réforme de 2014 qui restera comme une des grandes marquantes du quinquennat. Pour assurer une meilleure représentativité des Français, le Président estime qu'il faudrait aller plus loin. Il formule comme le 8 septembre dernier une proposition

Je suis favorable au non cumul dans le temps.

Il détaille. Pour lui, trois mandats successifs est une durée suffisante. Il donne par ailleurs son avis sur les propositions énoncées notamment dans le débat de la primaire de la droite.

Un retour au septennat ? Non. Le retour du mandat de sept redonnerait du temps à l'action présidentielle de l'avis de ses nombreux promoteurs. Une fausse bonne idée pour François Hollande.  

Je vous le dit tout net : je ne suis pas favorable au rétablissement du septennat.

Il estime que "aujourd'hui tout remonte au Président, même ce qu'il ne connait pas, ce qu'il n'a pas décidé (...) le Président ne peut rester dans une position haute. Aujourd'hui, tout remonte au Président".



Gouverner par ordonnances ( coucou Jean-François Copé) ? Non plus. Si c'est pour "contourner le peuple,  mais ils vont le retrouver au coin de la rue !"   

Les référendums  ? Oui mais avec plusieurs questions pour "dépassionner" et "dépersonnaliser"le débat. Il dit : 

Ce n'est pas un bon mode de gouvernement et d’élaboration de la Loi.

Il vante "un cadre plus apaisé s'il était soumis au peuple français plusieurs questions et s'il était possible de répondre à chacune des questions et non pas globalement."  

 Enfin, au rayon des réformes qu'il reste à faire : introduire une dose de proportionnelle dans le mode de scrutin des parlementaires. Il était pour en 2012 et estime toujours que cette réforme est nécessaire. 

Je m’étais prononcé en faveur d’une dose de proportionnelle. J'en reste convaincu mais sur un nombre limité de sièges. 

 François Hollande qui avait commencé par une sorte de clin d’œil :

Si j’avais à donner un conseil à tous ceux qui veulent être mes successeurs... mais il n'y en aura qu’un. Peut-être. Un jour. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus