François Hollande peut et "doit échapper à la primaire", selon son ami Jean-Pierre Mignard

Publié à 11h04, le 28 novembre 2016 , Modifié à 11h06, le 28 novembre 2016

François Hollande peut et "doit échapper à la primaire", selon son ami Jean-Pierre Mignard
François Hollande © THIERRY CHARLIER / AFP
Image Etienne Baldit


ECHAP - Ce questionnement a été un tout petit peu éclipsé par la lutte à droite (remportée par François Fillon) et les nouvelles ruades de Manuel Valls. Mais il y a quelques jours, on voyait se multiplier les rumeurs selon lesquelles François Hollande pourrait tout aussi bien sauter la case primaire et se présenter directement à la présidentielle. Les "proches" et "l'entourage" du chef de l'État alimentaient cette théorie, en off bien sûr. Lundi 28 novembre, Jean-Pierre Mignard le fait officiellement.

Au sortir d'un week-end qui a vu le Premier ministre se livrer à un grand exercice de délégitimation de la candidature du chef de l'État et où le président de l'Assemblée a plaidé pour que les deux têtes de l'exécutif se présentent à la primaire, l'ami du Président redit tout le mal qu'il pense de ce système de pré-sélection présidentielle. Sur RTL, Jean-Pierre Mignard dit :

Si François Hollande a l'intention de se présenter - on parlera peut-être de 'faut-il se présenter devant la primaire [sic] ou pas ?'. [...] Renonce-t-il ou se présente-t-il devant les Français ? C'est quand même le président de la République, il a bien le droit de s'exprimer. Et s'il se présente, se présente-t-il directement ou passe-t-il devant une primaire ?Vous savez ce que j'en pense.

S'il se présente, mon sentiment est le suivant : il ne faut pas passer par la primaire. C'est pas un problème de risque [d'être battu], c'est un problème d'institutions. Car le président de la République sortant ne peut pas aller devant la primaire. Pourquoi ? Depuis le premier moment où il est élu, il dit aux Français : 'Je suis l'élu de tous les Français'. Il ne peut pas revenir devant une primaire, ce qui n'est pas du tout mépriser les électeurs.

Et de marteler, employant l'impératif :

Il doit échapper à la primaire car le Président sortant n'a pas à se présenter devant un conseil de famille mais devant le peuple tout entier. Ça c'est la règle.

Il y a déjà un mois, le même Mignard déconseillait - "à titre personnel" et "amical" - à François Hollande de se présenter à la primaire, afin qu'il "s'évite une humiliation"

La primaire est pourtant désormais inscrite dans les statuts du Parti socialiste, y compris dans le cas où le président de la République sortant serait issu de ses rangs. "Le candidat à la présidence de la République est désigné au travers de Primaires citoyennes ouvertes à l’ensemble des citoyens adhérant aux valeurs de la République et de la gauche", est-il spécifié. Si Hollande devait zapper ce processus et si on prend les statuts au pied de la lettre,il ne pourrait donc pas être "le candidat" du PS.

D'ailleurs, Jean-Pierre Mignard trouve que Les Républicains ont été plus malins de ce côté-là. "Je vous indique que la droite, avec beaucoup de sagesse, a décidé que le Président sortant n'était pas voué à une primaire", fait-il valoir sur RTL. De fait, leurs statuts précisent : "Il n’est pas organisé de primaire lorsque le président de la République est issu du Mouvement et candidat pour un second mandat."

Sur le fond, l'ami de François Hollande se fait critique quant au fait que ce dernier se retrouve dans la situation actuelle. Selon lui, un Président pour qui se pose la question de la primaire est un Président en position de faiblesse, ce qui implique d'en "tirer une conséquence". Il dit :



Si la question de la primaire se pose pour un Président sortant, c'est qu'en effet il y a une dissociation de ceux qui l'ont soutenu, il y a un désaccord, il doit peut-être à son tour en tirer une conséquence.

Quant à la question de savoir qui, de Manuel Valls ou François Hollande, est le "meilleur" candidat pour le PS en 2017, il ne plaide pas pour son poulain :



J'en sais rien, je vois les chiffres. Je vois un état de division de la gauche qui rappelle, pour les plus jeunes, 1969. Donc aujourd'hui la question est effectivement extrêmement difficile. Donc je ne choisis pas et puisque c'est le moment, j'attends les offres.

Ambiance...

Du rab sur le Lab

PlusPlus