François Hollande se moque du faible temps de travail des magistrats de la Cour des comptes

Publié à 12h03, le 14 mars 2017 , Modifié à 12h05, le 14 mars 2017

François Hollande se moque du faible temps de travail des magistrats de la Cour des comptes
François Hollande. © THIERRY CHARLIER / AFP
Image Sébastien Tronche


Chaque année, la Cour des comptes publie son rapport sur les dépenses publiques. Et il est rarement flatteur pour le gouvernement et l’exécutif. L’opus 2017 n’a pas échappé à la règle en épinglant le bilan de François Hollande.

Rapport de cause à effet ? Toujours est-il que le 24 février, François Hollande s’est laissé aller à quelques moqueries envers cette juridiction financière, se tournant vers Vincent Feltesse, son ex-conseiller à l’Elysée recasé à la Cour des comptes, rapporte Le Figaro de ce mardi 14 mars.

Et sur ce sujet, c’est en connaissance de cause que le Président s’exprime et raille le faible temps de travail de ceux qui y bossent. "Je connais bien cette institution", commence François Hollande, lui-même devenu auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA, avant d’ajouter en mode "monsieur Petites blagues" :

Je l’ai choisie après l’ENA pour pouvoir trouver le temps de faire de la politique… D’ailleurs, les membres y sont deux par bureau, pour que chaque personne puisse vérifier que l’autre n’est pas en train de dormir.

Les magistrats de la rue Cambon apprécieront.

Surtout que Vincent Feltesse, recasé après avoir échoué à obtenir l’investiture du PS pour les législatives à Bordeaux, a envoyé aux parlementaires une carte de vœux "qui a fait jaser rue de Solférino", écrit Le Figaro. Dans cette carte, l’ancien conseiller élyséen écrit :

En espérant avoir le plaisir de nouveaux échanges, sur Paris, sur Bordeaux, où je vais être plus présent.

Oups. Car jusqu’à preuve du contraire, la Cour des comptes ne se délocalise pas souvent en Gironde.

Et quand François Hollande parle de la Cour des comptes, cela nous fait inévitablement penser à cette archive de 1989 :



A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Quand Hollande, Moscovici et Pellerin séchaient la Cour des comptes

Quand Nicolas Sarkozy voulait nommer François Hollande premier président de la Cour des comptes

Du rab sur le Lab

PlusPlus