François Rebsamen avoue qu'il s'y perdait dans les chiffres du chômage quand il était ministre du Travail

Publié à 19h15, le 17 mars 2016 , Modifié à 06h13, le 18 mars 2016

François Rebsamen avoue qu'il s'y perdait dans les chiffres du chômage quand il était ministre du Travail
François Rebsamen est resté ministre du Travail entre avril 2014 et août 2015. © DOMINIQUE FAGET / AFP
Image Le Lab

Victor Dhollande-Monnier pour

TROP DE CHIFFRES - Chaque mois, c’est le même rituel. Le ministre annonce les chiffres du chômage. Il faut trouver les mots justes, changer la formulation pour éviter de paraître répétitif tous les mois. Dans un article consacré au ministère du Travail dans M le magazine du Monde du 19 mars, plusieurs anciens ministres reviennent sur cet exercice souvent périlleux.

Gérard Larcher, hôte du 101, rue de Grenelle entre 2005-2007 dans le gouvernement de Dominique de Villepin, se souvient de la colère des syndicats, "même quand il annonçait de bons chiffres". Mais le plus disert sur les chiffres du chômage reste le prédécesseur de Myriam El Khomri, François Rebsamen. Il a détesté l’exercice. Il raconte à M le magazine du Monde :

Ça pourrit la vie du ministère. Quelquefois, je traînai des pieds pour l’annonce.Hélas, j’avais un rappel automatique. Le président me téléphonait pour me dire ‘Allez, François, faut communiquer’.

Si François Rebsamen n’a pas vraiment gardé un bon souvenir de l’exercice, c’est aussi parce… qu’il n’y comprenait pas grand-chose... Il l'avoue dans les colonnes du magazine :

Le pire, c’est qu’on ne sait pas trop comptabiliser.On s’y perd dans les catégories. On essaie un peu d’interpréter les chiffres… Mais même le patron de Pôle emploi que j’avais interrogé m’avait répondu : ‘Ah ! Si seulement j’y comprenais quelque chose…’

François Rebsamen partage encore la souffrance de celle qui occupe le poste aujourd’hui. Il ne manque d’ailleurs pas d’envoyer des textos d’encouragements à Myriam El Khomri avant chaque annonce des chiffres du chômage. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus