Génération identitaire accuse Jean-François Copé de lui avoir volé son slogan "On ne recule plus"

Publié à 12h26, le 24 mars 2016 , Modifié à 12h26, le 24 mars 2016

Génération identitaire accuse Jean-François Copé de lui avoir volé son slogan "On ne recule plus"
© Mont&age via AFP et DR
Image Sylvain Chazot


Pour la primaire, Jean-François Copé a choisi l'option offensive. OFFENSIVE. Il fallait l'entendre, jeudi 10 mars, devant des étudiants de l'université d'Assas, attaquer ses adversaires de la primaire. L'ancien exilé médiatique dénonçait avec force cette "droite qui recule toujours, obsédée par la volonté de séduire ceux qui ne votent pas pour nous" et moquait ceux qui "font genre 'Je me balade entre vous en chemise'", avait relevé Le Scan. L'ex-président de feu l'UMP répétait comme un mantra une phrase qu'il voulait issue des terrains de la Première guerre mondiale : "On ne recule plus".

Cette phrase est devenue aujourd'hui le slogan de campagne de Jean-François Copé. Une manière pour le député-maire de Meaux d'afficher son volontarisme, lui qui ambitionne de réformer la France, dès sa prise de fonction présidentielle, par ordonnances.

Mais où Jean-François Copé a-t-il pu trouver pareille inspiration ? Le groupuscule d'extrême droite Génération identitaire a sa petite idée. Le mouvement, qui s'est fait dernièrement remarquer en bloquant l'accès aux réfugiés de plusieurs ponts de Calais, accuse en effet le candidat LR de leur avoir piqué purement et simplement l'un des leurs slogans historiques. "'On ne recule plus', c'est une phrase que l'on a inscrite dès 2012 dans l'identité du mouvement", explique au Lab un membre du bureau national de Génération identitaire.

Recherches faites, la phrase "On ne recule plus" apparaît bien dans la présentation du groupe sur son site internet.





Le slogan est paraphrasé dans "La déclaration de guerre" (sic), le manifeste de création de Génération identitaire en 2012. Il a été encore été utilisée dans la communication du groupuscule dès le début, sur des Tshirt et des affiches :




"Ce slogan, on le voit dans une logique de terrain face à l'islamisme. Plus on recule, la nature ayant horreur du vide, plus eux ils avancent", explique-t-on encore au Lab.

Contacté par Le Lab, un proche de Jean-François Copé dément tout plagiat. "Nous ne connaissons pas ce groupuscule, encore moins son slogan", jure-t-on. Ce membre de l'équipe de campagne du député-maire de Meaux ajoute :

Notre inspiration, ce n'est pas Génération identitaire mais le maréchal Joffre qui lors de la bataille de la Marne en 1914 a tenu ce genre de propos. On est dans la référence. Et puis Joffre étant mort depuis longtemps, il n'y a pas de droits d'auteur.

Pour prouver la bonne foi de Jean-François Copé, on invoque son livre, publié en 2013, sur, justement, la bataille de la Marne. On parle également de son discours, mi-mars, devant un monument commémorant cet affrontement de la Première guerre mondiale. "Une troupe qui ne peut plus avancer devra coûte que coûte garder le terrain conquis et se faire tuer sur place plutôt que de reculer", peut-on lire sur son socle.

Pas de quoi perturber Génération identitaire. Au Lab, son porte-parole Pierre Larti maintient les accusations. "Il est évident qu'il nous a copié. Ce n'est pas la première fois d'ailleurs. C'était pareil quand il avait parlé du pain au chocolat et du 'racisme anti-blanc', notre thématique Il a un œil sur le premier mouvement de jeunesse de droite", assure-t-il, gonflant sans doute *un peu* l'importance de son mouvement.

Certains, à Génération identitaire, voient dans ce supposé plagiat une volonté de s'adresser à la droite extrême. "Il y a une certaine porosité entre des jeunes de droite et Génération identitaire. C'est logique, les jeunes sont plus radicaux. C'est le cas au PS avec les MJS, c'est le cas à l'UMP", confie un haut placé.

Le porte-parole de Génération identitaire se fait encore plus accusateur :

On a des contacts chez LR, chez les jeunes de la Droite pop', et certains nous disent qu'ils ont clairement regardé vers nous. Ils peuvent regarder jusqu'à Joffre mais on n'est pas dupes. On représente une réserve de voix énorme pour la primaire et les petits politiciens de l'UMP regardent vers nous. C'est flatteur.

Faux. Archi-faux, rétorque-t-on dans l'entourage de Jean-François Copé. "On n'a rien à voir avec eux", jure un proche du candidat à la primaire.

Au passage, ce "On ne recule plus" est peut-être le slogan de campagne de Jean-François Copé mais il ne le possède pas sur les internets. Comme l'écrit L'Express ce mercredi 23 mars, "lorsqu'elle a appris que le slogan de campagne de Jean-François Copé pour la primaire de la droite était 'On ne recule plus !', l'équipe d'Hervé Mariton a acheté le nom de domaine correspondant, avec les déclinaisons en .fr, .org ou .com". Un trolling en règle mais à peu de frais, puisque l'opération a coûté la modique somme de 3 euros (99 centimes par adresse URL). 

Du rab sur le Lab

PlusPlus