Geoffroy Didier n’a pas ses parrainages pour la primaire (mais il est content quand même)

Publié à 18h21, le 08 septembre 2016 , Modifié à 18h21, le 08 septembre 2016

Geoffroy Didier n’a pas ses parrainages pour la primaire (mais il est content quand même)
Geoffroy Didier. © AFP

A QUI PERD GAGNE - A moins de 24 heures de la date limite pour déposer les parrainages pour la primaire de la droite, les derniers doutes se lèvent peu à peu. Alors que NKM, invitée du JT de 20 heures de France 2 ce jeudi 8 septembre, devrait finalement disposer des précieux sésames, Geoffroy Didier annonce au Figaro qu’il ne sera pas de la fête.

Il explique ainsi qu’il n’aura pas les parrainages suffisants et ne sera donc pas candidat à la primaire de la droite en vue de 2017 :

Les militants m'ont largement soutenu, mais je ne disposerai pas du nombre suffisant de parlementaires.

Mais ne pleurez pas trop vite pour lui, car cet ancien collaborateur de Brice Hortefeux n’est pas déçu. Au contraire. Il estime avoir "beaucoup appris et conquis (sa) liberté". Avant d’ajouter que "cette primaire" est pour lui "une première victoire" :

On est crédible lorsqu'on est libre. Cette primaire est une première victoire. En avançant aujourd'hui, je me suis qualifié pour l'avenir.

Cofondateur de la Droite forte, courant de LR présenté comme sarkozyste à sa création, soutiendra-t-il de fait l’ancien chef de l’Etat ? Rien n’est automatique, réplique-t-il, faisant durer le suspense. "Il n'y aura pas de soutien mécanique. Je prendrai le temps de rencontrer chaque candidat et vais continuer à défendre mes priorités", affirme-t-il même s’il se considère comme "peut-être le plus sarkozyste de tous" puisqu’il a conquis sa liberté.

Conscient que la tâche allait être ardue pour lui, Geoffroy Didier a profité de cette candidature à la candidature pour faire parler de lui et médiatiser ses propositions. D‘autre part, il ne s’est jamais caché qu’il était candidat pour éventuellement avoir la possibilité de devenir ministre en cas d’alternance en 2017.

Du rab sur le Lab

PlusPlus