Gérald Darmanin profite de "L'Émission politique" de Marine Le Pen pour se payer Laurent Wauquiez

Publié à 23h01, le 19 octobre 2017 , Modifié à 23h01, le 19 octobre 2017

Gérald Darmanin profite de "L'Émission politique" de Marine Le Pen pour se payer Laurent Wauquiez
Gérald Darmanin © Capture d'écran France 2
Image Sylvain Chazot


C'est donc Gérald Darmanin qui, après les refus de Laurent Wauquiez et Bruno Le Maire, a été envoyé au front face à Marine Le Pen, ce jeudi  19 octobre, lors de L'Émission politique. Sur le plateau de France 2, le secrétaire d'État à l'Action et aux Comptes publics affronte la présidente du FN. Un débat sur fond d'économie, donc, au moment où est débattue à l'Assemblée nationale la loi de finance pour l'année 2018.

Le problème d'un débat, c'est lorsque l'un ou l'autre des intervenants n'écoute pas son adversaire et se contente de faire des tunnels de réponse. C'est ce qu'indique Gérald Darmanin à Marine Le Pen alors que les deux parlent de la suppression de la taxe d'habitation. Le secrétaire d'État reproche à la députée FN de ne pas répondre à sa question. Il en profite surtout pour se payer de manière totalement gratuite et insidieuse Laurent Wauquiez, probable futur président de Les Républicains et déjà bien décidé à virer du mouvement Gérald Darmanin.

Après avoir tenté de couper Marine Le Pen pour répondre sur un point précis, il lance :

Je vous pose des questions. Quand madame Salamé m'invitera, peut-être un jour dans son émission, vous ou monsieur Wauquiez me poserez des questions, y'aura aucun problème.

Ou comment mettre sur le même plan Laurent Wauquiez et Marine Le Pen, le premier étant régulièrement accusé de vouloir s'associer avec la seconde.

Mais avant même le début du débat, Gérald Darmanin s'était déjà bien payé le chef d'Auvergne-Rhône-Alpes. Cité par Le Figaro mardi 17 octobre, il s'était amusé du refus de Laurent Wauquiez de débattre avec Marine Le Pen. "Je comprends pourquoi on m'a invité. Il fallait un contradicteur face à Marine Le Pen !", avait-il déclaré. Une manière de souligner que les divergences idéologiques entre la cheffe du FN et le candidat à la présidente de LR sont, selon lui, ténues voire inexistantes.

Du rab sur le Lab

PlusPlus