Gérard Collomb assure ne s’être jamais plaint d’une baisse de ses revenus au Sénat

Publié à 10h36, le 11 janvier 2017 , Modifié à 10h36, le 11 janvier 2017

Gérard Collomb assure ne s’être jamais plaint d’une baisse de ses revenus au Sénat
Gérard Collomb. © AFP
Image Sébastien Tronche


Gérard Collomb, sénateur-maire PS de Lyon et lieutenant d’Emmanuel Macron, n’est vraiment pas très actif au Sénat. Au point de se faire sanctionner financièrement pour absentéisme et de tomber, selon des propos rapportés par Le Point, à 4.000€ de revenus mensuels. Ce qui l’aurait fortement contrarié.

Mais ce mercredi 11 janvier, Gérard Collomb dément avoir pesté contre ces supposées sanctions financières. Invité de la matinale de Radio Classique, ce proche d’Emmanuel Macron se justifie et rejette l’origine de la polémique sur une mauvaise interprétation faite par des journalistes. Il explique :

C’est une histoire qui a fait le tour de Paris. Il se trouve que la semaine dernière je présentais des vœux aux journalistes. J’invite les journalistes et quelqu’un me demande si j’allais amener des délégations de chefs d’entreprises à l’étranger. Je dis ‘houla, je fais attention parce que j’ai encore deux mois de Sénat et la dernière fois, quand j’étais parti en Algérie, j’avais été sanctionné parce que j’avais manqué les questions au gouvernement’. J’ai dit que je ne le referai pas et je dis que je ne veux pas tomber à 4.000€. On a net au Sénat 6000€. Et je rajoute que mon emploi du temps est cauchemardesque. On fait un raccourci en disant que ce sont les 4.000€ qui lui semblent cauchemardesques.

Selon le site qui répertorie l’activité des parlementaires, nossenateurs.fr, Gérard Collomb est régulièrement absent des travaux sénatoriaux.

Toujours est-il qu’il assure ne jamais avoir tenu les propos qui lui sont imputés et avance son histoire familiale pour expliquer qu’il n’a "jamais dit cela" :

Je comprends, moi qui suis fils d’ouvrier métallurgiste et de femme de ménage, que quand on dit 4000€, pour les gens, c’est énorme. Ça peut paraître une aberration que de dire ça mais je n’ai évidemment jamais dit cela.

"Mes revenus sont plafonnés, je ne touche donc rien en tant que maire de Lyon et président de la métropole, je suis donc tombé à 4.000 euros par mois", aurait-il lancé, cité par Le Point et expliquant alors que cette baisse de revenu ressemblait "à un cauchemar".

Vrai ou pas, de nouvelles règles ont été instaurées au Sénat et les élus de la chambre haute sont désormais sanctionnés financièrement en cas de trop fort absentéisme. 14 sénateurs ont ainsi été punis, en mai 2016, pour avoir trop souvent fait l’école buissonnière à la chambre haute.

Du rab sur le Lab

PlusPlus