Gérard Larcher demande à François Hollande de "f… la paix à Macron"

Publié à 15h04, le 02 septembre 2017 , Modifié à 15h12, le 02 septembre 2017

Gérard Larcher demande à François Hollande de "f… la paix à Macron"
Gérard Larcher, surprenant avocat d'Emmanuel Macron face à François Hollande. © AFP
Image Sébastien Tronche


Dans le "nouveau monde" politique sans cesse vanté par Emmanuel Macron et ses troupes, les repères sont chamboulés. Et le chef de l’Etat a parfois des avocats surprenants.

Ainsi, après les critiques de François Hollande, de retour dans le game même s’il ne le dit pas, sur la politique d’Emmanuel Macron, c’est tout d’abord Manuel Valls, l’ancien Premier ministre de François Hollande mais rallié à Emmanuel Macron, qui a fustigé les commentaires de l’ancien Président. Et voilà que Gérard Larcher, le président LR du Sénat, se met aussi à défendre l’ancien ministre de l’Economie face à son prédécesseur à l'Elysée.

Dans Le Figaro magazine, le 1er septembre, Gérard Larcher demande tout bonnement à François Hollande de "f... la paix à Macron". Il lance :

Une fois de plus, il a oublié les engagements qu'il avait pris ! Il ferait mieux de f… la paix à Macron en ce moment. C'est assez difficile comme ça.

Le président du Sénat fait référence à la volonté annoncée de François Hollande de respecter une période de retrait et de réserve face à la politique de son successeur après la présidentielle. Un silence qui a rapidement volé en éclats avec l’omniprésence médiatique estivale de l’ancien patron du PS, qui, entre tentative de reprise en main du PS et diplomatie parallèle, a dénoncé la réforme du code du travail de celui qui l’a remplacé à l’Elysée. "Il ne faudrait pas demander aux Français des sacrifices qui ne sont pas utiles", a-t-il lâché.

Emmanuel Macron a alors rompu son habitude de ne pas commenter l’actualité depuis l’étranger et fustigé, depuis l’Autriche, les commentaires de François Hollande en affirmant que "la France est la seule économie qui n'a pas gagné la guerre face au chômage de masse" (ce qui est inexact). Jeudi, Emmanuel Macron en a remis une couche dans sa looooongue interview au Point. "Il serait étrange que l'impossibilité qui a été la sienne de défendre son bilan devant les Français puisse motiver une tentation, durant les années qui viennent, de le justifier devant les journalistes", a-t-il recadré.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Emmanuel Macron aimerait bien que François Hollande arrête de "justifier son bilan devant les journalistes" 

Du rab sur le Lab

PlusPlus