Gilbert Collard a déposé une proposition de résolution pour interdire les poursuites à l'encontre de Gilbert Collard

Publié à 21h26, le 27 février 2017 , Modifié à 21h47, le 27 février 2017

Gilbert Collard a déposé une proposition de résolution pour interdire les poursuites à l'encontre de Gilbert Collard
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
Image Amandine Réaux


Souvenez-vous, c’était en décembre 2015. Au lendemain du second tour des élections régionales, lors desquelles le Front national n’avait remporté aucune région, Marine Le Pen et Gilbert Collard avaient diffusé sur Twitter des photos d’exécution de Daech. La cheffe frontiste et le député RBM répondaient au journaliste de BFMTV Jean-Jacques Bourdin qui avait, face au politologue Gilles Kepel, évoqué les "liens pas directs entre Daech et le Front national  mais ce repli identitaire, qui finalement est une communauté d'esprit". Une enquête préliminaire avait été ouverte dans la foulée par le parquet de Nanterre pour "diffusion d'images violentes", visant les deux *internautes*. Épisode clos.

L’histoire reprend à la mi-février 2017. Gilbert Collard prend connaissance d’un "courrier du Garde des Sceaux, M. Jean-Jacques Urvoas, demandant à l’Assemblée Nationale, à la requête du Parquet de Nanterre, de lever son immunité parlementaire".

Tentant le tout pour le tout, le député du Gard a déposé, le 20 février dernier, une proposition de résolution visant à suspendre les poursuites à son encontre. Tout simplement. Voici la proposition, repérée par Contexte :

L’Assemblée nationale, en application de l’article 26 dernier alinéa de la Constitution, requiert la suspension, jusqu’au terme de la présente session, des poursuites pénales engagées contre monsieur Gilbert Collard, député du Gard, par le Parquet de Nanterre pour 'diffusion d’images à caractère violent de nature à porter atteinte à la dignité humaine'.

L’élu du Gard dénonce une demande "anachronique" émanant du ministère de la Justice et visant à perturber sa campagne pour les législatives :

La proximité d’élections présidentielles et législatives, monsieur Collard étant candidat à sa propre succession, démontre le caractère déloyal de la demande de levée de son immunité parlementaire dans le dessein bien compris de le discréditer auprès des électeurs de sa circonscription.

En terme d’audace, on n’avait pas vu ça depuis que Rama Yade disait ne pas comprendre pourquoi on imaginait Emmanuel Macron Président et pas elle.  

Allons tout de même au bout de la logique : pourquoi déposer cette proposition de résolution tout en sachant qu’elle ne serait jamais examinée, puisque la session parlementaire s’est terminée le 26 février ? Réponse de Gilbert Collard au Lab :

Pour emmerder les imbéciles [...] et montrer l’action liberticide du gouvernement.

Gilbert Collard assume donc parfaitement le caractère ultra trollesque de sa démarche. De toute façon, le bureau de l’Assemblée nationale a décidé, mercredi 22 février, de ne pas lever son immunité parlementaire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus