Grand n’importe quoi à l’Assemblée : la vice-présidente LREM Carole Bureau-Bonnard reconnaît s’être "laissé un peu déborder"

Publié à 11h25, le 27 juillet 2017 , Modifié à 12h08, le 27 juillet 2017

Grand n’importe quoi à l’Assemblée : la vice-présidente LREM Carole Bureau-Bonnard reconnaît s’être "laissé un peu déborder"
Carole Bureau-Bonnard, vice-présidente LREM de l'Assemblée nationale. © Capture d'écran BFMTV
Image Amandine Réaux


Carole Bureau-Bonnard ne fait pas partie de ces vieux briscards de la politique. Encore masseuse-kinésithérapeute il y a quelques semaines avant d’élue élue députée La République en marche et propulsée vice-présidente de l’Assemblée, elle a pourtant déjà parfaitement intégré certains codes. À savoir, euphémiser un échec. Un peu comme un Jean-Luc Mélenchon et sa presque-qualification pour le second tour "à 600.000 voix près".

Interrogée par BFMTV mercredi 26 juillet, au lendemain de la séance-naufrage à l’Assemblée, la vice-présidente LREM minimise cette journée qu’elle qualifie de "bizutage" :



Oh bah écoutez, ça va ! Une bonne nuit et puis ensuite on repart travailler.

On peut pas se former tant qu’on n’y est pas directement. On peut avoir tous les conseils que l’on veut, quand vous êtes après au poste directement et que vous avez des députés autour de vous et notamment des députés qui sont là pour certains depuis déjà un mandat voire plus, eh bien ils ont l’habitude, ils sont rôdés. Je préférais demander à la personne qui est derrière moi et qui aide en fait les présidents pour ne pas faire d’erreur.

Simplement, on peut le dire, je me suis laissé un peu déborder. Maintenant que le bizutage est passé, je pense que ça va être beaucoup plus serein pour les prochains débats !










Lors de la deuxième journée de débat sur le projet de loi pour la confiance dans la vie publique, Carole Bureau-Bonnard s’est effectivement laissée *un peu* déborder. D’abord en omettant de donner la parole au député de la majorité Jean-Louis Bourlanges, qui a quitté l’hémicycle. Ensuite en s’emmêlant les pinceaux lors de l’appel au vote, alors que l’administrateur assis derrière elle n’arrêtait pas de lui souffler des consignes. Suspension de séance après plusieurs rappels au règlement.

Finalement, en fin d’après-midi, le président de l’Assemblée François de Rugy était venu à la rescousse pour remplacer lui-même Carole Bureau-Bonnard. "Personne d'entre nous n'a demandé la démission soudaine de la vice-présidente", avait lancé Jean-Luc Mélenchon.

Le titulaire du perchoir avait lui aussi minimisé le grand n’importe quoi en expliquant qu’il s’agissait de "rodage" et de "bizutage". Ce qui ne l’a pas empêché de remplacer malgré tout Carole Bureau-Bonnard mercredi soir, alors qu’elle devait présider la séance.

Christophe Castaner, quant à lui, a dégainé la carte du sexisme. Ce jeudi sur BFMTV, le porte-parole du gouvernement a accusé les députés "vieux briscards" un peu misogynes d’être à l’origine du n’importe quoi à l’Assemblée.

Du rab sur le Lab

PlusPlus