Désir toujours dans l'ombre de Aubry

Publié à 08h20, le 23 août 2012 , Modifié à 09h01, le 23 août 2012

Désir toujours dans l'ombre de Aubry
Martine Aubry et Harlem Désir en 2010 (Maxppp)
Image Delphine Legouté

Par

Cela fait trois mois qu'Harlem Désir est sur les starting blocks ... et n'a pas le droit de s'élancer. Le 27 mai déjà, le numéro 2 du PS se disait candidat pour le poste de premier secrétaire. Avec toujours une condition : "Si Martine Aubry ne se présente pas".

Depuis, la situation n'a pas évolué. Harlem Désir est toujours tributaire des intentions de Martine Aubry. Et l'actuelle première secrétaire reste volontairement dans le flou. Elle ne sera plus à ce poste, si ...

Ce 23 août sur RTL, le numéro 2 n'osait toujours pas sauter dans le grand bain sans la défection officielle de la patronne.

  1. 1

    "Je suis candidat si Martine Aubry ... "

    Sur RTL

    Moi, je suis candidat et je suis à disposition du Parti socialiste si Martine Aubry n’est pas destinée à l'être.

    Depuis le 27 mai, jour de son annonce de candidature, Harlem Désir ne peut pas aller plus loin. Les intentions de Martine Aubry à la tête du PS restent un obstacle pour partir en campagne. Dans l'attente d'un "go" officiel, l'actuel numéro 2 du parti doit toujours parler de sa candidature au conditionnel.

    C'est le cas ce 23 août sur RTL. Lorsqu'on lui fait remarquer que Martine Aubry est floue dans ses annonces, Harlem Désir préfère embrayer sur un autre sujet :

    C’est elle qui s’exprimera en vue de ce congrès de Toulouse ... mais notre actualité, là, c’est de nous retrouver à nos universités d’été de rentrée qui seront 100% des universités d’idées.

    Le 17 août sur  Europe 1, la décision de Martine Aubry semblait pourtant enfin prise :

    Toutes les conditions sont réunies pour que je ne le sois plus [première secrétaire].

    Avant d'ajouter la petite condition qui tâche :

    Si tout se passe comme je le souhaite, je ne serai plus première secrétaire du Parti socialiste.

    Un éternel "si" qui oblige toujours Harlem Désir à la retenue.

Du rab sur le Lab

PlusPlus