Henri Guaino dément avoir fourni des éléments de langage à Marine Le Pen pour l'entre-deux-tours

Publié à 09h49, le 16 novembre 2017 , Modifié à 11h36, le 26 décembre 2017

Henri Guaino dément avoir fourni des éléments de langage à Marine Le Pen pour l'entre-deux-tours
Henri Guaino. © PATRICK KOVARIK / AFP

Henri Guaino a-t-il envoyé des éléments de langage au Front national pour le débat de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron ? C'est ce qu'avance ce jeudi 16 novembre le Huff Post, qui publie deux textes que l'ancien député LR aurait fait passer à Gilbert Collard le 3 mai dernier, soit deux jours avant le débat de l'entre-deux-tours.

"Grotesque", commente Henri Guaino, contacté par le LabIl explique qu'il n'a "aucun souvenir de cet échange avec Gilbert Collard" et qu'il n'a "jamais envoyé d'éléments de langage pour le débat" de Marine Le Pen.

Henri Guaino ajoute :

 

"

J'ai écrit pour Seguin, pour Sarkozy. Maintenant, j'écris pour moi, mais je ne suis pas une officine d'éléments de langage ou de discours.

"

Le premier de ces textes publié par le Huff Post est une anaphore opposant "Ma France", celle de la présidente du FN donc, à la France d'Emmanuel Macron. Il y est notamment écrit ceci :

"

Ma France, c'est la France fière d'elle-même, de tout ce qu'elle a accompli de plus grand et de plus beau, fière de son histoire, de sa culture, de son art de vivre, de sa science, de sa littérature. Ma France, c'est une civilisation qui veut vivre, qui veut s'enrichir, qui veut se développer, qui veut se transmettre. [...] Votre France M. Macron, c'est un pays qui cultive la haine de soi dans la repentance, et c'est la haine de soi qui ouvre la porte à la haine des autres.

"

Au Lab, Henri Guaino reconnaît avoir "employé l'expression 'ma France' 100.000 fois", mais voit surtout une expression employée à longueur de discours, qu'importe l'auteur.

Le deuxième texte est plus offensif, sur le thème de la décolonisation :

 

"

Qui êtes-vous pour juger que les Français d'Algérie ont perpétré des crimes contre l'humanité ? Avez-vous souffert de ce drame de l'Algérie dans votre chair ? Jaurès, que vous devriez connaître mieux que moi, disait 'ce qu'il faut ce n'est pas juger toujours, juger tout tout le temps'. Que peuvent penser de votre jugement ceux qui ont tout perdu, parfois même perdu à jamais le corps de leur père ?

"

Il a été reproché à Henri Guaino, lors du deuxième tour de l'élection présidentielle, de ne pas appeler à voter contre Marine Le Pen. En avril dernier, il expliquait : "J'aurais aussi honte, peut-être même encore plus, d'avoir contribué à avoir fait élire monsieur Macron."

[Edit 21h24]

Sur son compte Facebook, Henri Guaino dément à nouveau être le "nègre de Marine Le Pen". Et s'il précise être bel et bien l'auteur des lignes ci-dessus, il conteste les avoir écrites pour ou envoyées à la présidente du FN durant l'entre-deux-tours :

 

"

Je découvre dans l'article plein de fiel du Huffington Post de ce matin le texte que j'aurais soi-disant écrit pour Marine Le Pen. J'en suis bien l'auteur, à l'exception du dernier paragraphe qui n'est pas de moi. Je l'ai écrit bien avant le second tour, lorsque je caressais l'idée de publier une lettre ouverte à Emmanuel Macron après son voyage en Algérie. Idée que j'ai abandonnée par la suite, ayant répété tout cela à longueur de discours et d'émissions.



Ce texte n'a jamais été écrit que pour mon propre usage.

"

 

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus