Henri Guaino saute la case primaire et se présente directement à la présidentielle

Publié à 10h51, le 09 septembre 2016 , Modifié à 11h14, le 09 septembre 2016

Henri Guaino saute la case primaire et se présente directement à la présidentielle
Henri Guaino © AFP
Image Sylvain Chazot


Eh bien voilà, ils ont tous gagné : à force de durcir les conditions pour se présenter à la primaire de la droite, les organisateurs du scrutin vont priver les Français de la candidature d'Henri Guaino. Le député Les Républicains des Yvelines n'a pas réussi à obtenir les parrainages nécessaires pour se présenter. Il ne pourra donc pas affronter les autres concurrents et surtout défendre ses idées qu'ils estiment non représentées par les autres ambitieux.

Mais que les guainoistes sèchent leurs larmes : l'aventure ne s'arrête pas là. Ce vendredi 9 septembre, après fustigé la primaire, "une escroquerie démocratique" selon ses dires, l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy annonce se présenter directement à la présidentielle. Il avait déjà prévenu qu'il le ferait en cas d'échec à concourir à la primaire.

Henri Guaino se présente à la présidentielle. Oui mais pas n'importe comment : comme un candidat "anti-système", comme Donald Trump. Parfaitement. Et il lance déjà un appel aux maires pour obteir les 500 signatures nécessaires à sa candidature. 

Dans L'Express ce vendredi, il dit : 

C'est un exercice totalement différent puisque le recueil des parrainages pour la présidentielle s'adresse à tous les élus - ils sont 40 000 - de tous bords, de tous camps, ou d'aucun bord, d'aucun camp. Il s'agit d'un procédé bien rodé que les élus connaissent. Et il faut rappeler qu'un parrainage n'est pas un soutien. Je n'ai pas encore commencé à chercher les parrainages. Je commencerai dès la semaine prochaine

Et l'élu de préciser que sa campagne se fera autour de l'idée de Nation, "'l'idée que nous nous en faisons, ce que l'on est prêt à faire pour elle. En a-t-on fini avec la Nation ? Ou n'en a-t-on pas fini ? ", se questionne-t-il dans l'hebdomadaire. 

En attendant, l'élu se met en congé du parti du Bureau politique de Les Républicains. "Certains ont réussi à faire partir Séguin et Pasqua. S'ils veulent me faire partir, ce sera un élément du débat, précise-t-il en conférence de presse, comme le rapporte un journaliste du Point. Mais ne m’étant pas livré à ma famille politique corps et âme, je n’ai pas l’impression qu’elle m’a abandonné."



Du rab sur le Lab

PlusPlus