Hervé Mariton lance une pétition contre l'enseignement de l'italien au CP (ou du serbe, de l'espagnol, du croate, etc.)

Publié à 17h05, le 03 juin 2016 , Modifié à 17h19, le 03 juin 2016

Hervé Mariton lance une pétition contre l'enseignement de l'italien au CP (ou du serbe, de l'espagnol, du croate, etc.)
Hervé Mariton © AFP

C'est un fait : il n'y a pas qu'au Front national que l'on exagère totalement l'instauration de l'enseignement de l'arabe au CP portée par Najat Vallaud-Belkacem. Du côté de Les Républicains aussi, certains opèrent de gros raccourcis, volontaires ou non.

Hervé Mariton, par exemple, a décidé de lancer une pétition contre "l'enseignement de l'arabe à l'école primaire". Le candidat à la primaire de la droite a ainsi publié sur son site internet un appel pour le "retrait immédiat du projet de la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, visant à introduire l’enseignement de l’arabe dès l’âge de 6 ans, à l’école primaire, par des intervenants étrangers, lorsque des professeurs français ne sont pas disponibles".


Hervé Martion ajoute :

L’enseignement de l’arabe dès l’école primaire, en particulier par des intervenants étrangers, enfermerait certains de nos jeunes issus de l’immigration dans le repli sur soi. Nous estimons que le ministère de l'Éducation nationale doit concentrer la mission de l’école primaire sur la maîtrise des savoirs de base : savoir lire, écrire et compter.

 

Le problème est que, contrairement à ce qu'a l'air de penser Hervé Mariton, la mesure présentée par Najat Vallaud-Belkacem ne concerne pas uniquement la langue arabe. La n°4 du gouvernement l'a répété le 31 mai sur BFMTV : sa réforme vise à intégrer dans le socle commun les langues enseignées dans le cadre des Enseignements de langues et de cultures des communautés d'origine (Elco). Les conventions Elco avaient été mises en œuvre "sur la base d'accords bilatéraux prenant appui sur une directive européenne du 25 juillet 1977 visant à la scolarisation des enfants des travailleurs migrants", peut-on lire sur le site du ministère de l'Éducation nationale. Ces enseignements concernent depuis cette date neuf pays : l'Algérie, la Croatie, l'Espagne, l'Italie, le Maroc, le Portugal, la Serbie, la Tunisie et la Turquie.

On résume donc pour Hervé Mariton et tous les autres qui n'auraient pas suivis. Comme annoncé dès janvier, l'apprentissage d'une langue vivante 1 sera possible dès le CP, et non plus dès le CE1 comme c'est le cas aujourd'hui. Il pourra s'agir de l'anglais, de l'allemand, ou bien de l'espagnol, de l'italien, du croate, du portugais, du turc ou de l'arabe. Le choix de la langue sera donné aux parents d'élèves. On est donc loin de l'instauration de l'enseignement de l'arabe dès l'âge de six ans comme le suggère Hervé Mariton dans sa pétition.

À noter également que le député LR de la Drôme commet un autre raccourci lorsqu'il parle "des intervenants étrangers" censés dispenser ces cours. Certes, l'Éducation nationale fera toujours appel à "des enseignants étrangers parce que sinon on n'aura pas suffisamment de professeurs des écoles formés pour enseigner cette diversité de langues vivantes", avait déclaré Najat Vallaud-Belkacem sur BFMTV.

Mais le but de la réforme est  justement, selon la ministre, de faire en sorte que les enseignements donnés dans le cadre des conventions Elco soient désormais dispensés par des personnes venues de l'étranger inspectées et contrôlées par l'Éducation nationale. "Ils seront recrutés sur un certain nombre de critères dont la maîtrise de la langue française, tous sujets qui n'étaient pas réglés avant. On passe vraiment à un tout autre système beaucoup mieux maîtrisé, beaucoup mieux contrôlé", avait-elle ajouté. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus