Heureux retraité politique, Michel Sapin peut enfin s'adonner à sa passion pour les lampes et les abat-jour

Publié à 10h54, le 10 août 2017 , Modifié à 11h13, le 10 août 2017

Heureux retraité politique, Michel Sapin peut enfin s'adonner à sa passion pour les lampes et les abat-jour
Même quand il était encore ministre (ici à Athènes en mars dernier), Michel Sapin avait du mal à ne pas se laisser aller à son petit dada secret. © LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Image Etienne Baldit


#LeSachiezTu - Comme de nombreux autres, Michel Sapin a dit adieu à la politique après la présidentielle 2017 et au terme du quinquennat de François Hollande, dont il fut l'un des piliers gouvernementaux. L'ex-ministre du Travail puis des Finances et enfin de l'Économie et des Finances est donc de retour dans la vie normale, celle de tous les jours. L'occasion de re-goûter à tout plein de petits plaisirs oubliés ces cinq dernières années, avant de réintégrer le Conseil d'État.

"C'est le bonheur retrouvé de la banalité, et je m'en délecte", dit-il ainsi au Figaro jeudi 10 août, au sujet du "plaisir" qu'il trouve par exemple à "reprendre [sa] voiture et conduire seul". Et c'est sans compter sur sa petite passion secrète et à notre connaissance inconnue du grand public : les lampes. On peut en effet lire ceci dans Le Figaro :

Michel Sapin a aussi tout le loisir de s'adonner à l'une de ses passions : les lampes. Il flâne dans Paris et chine les abat-jour dans des petites boutiques de connaisseurs. 'L'abat-jour est la partie la plus décorative mais aussi la pièce la plus compliquée d'une lampe', analyse-t-il avec sérieux.

On le voit, nous sommes ici sur une connaissance très pointue du sujet. Ce n'est d'ailleurs pas le seul dada méconnu et technique de Michel Sapin. Dans Le Parisien Magazine en mars dernier, le patron de Bercy d'alors évoquait sa passion pour la numismatique (2.000 pièces évaluées à 30.000 euros dans sa déclaration de patrimoine, tout de même) et l'on apprenait notamment qu'il avait été fut un temps le plus jeune collectionneur de pièces en France.

Eh oui.

[BONUS TRACK]

On ne résiste par ailleurs pas à la tentation de vous faire partager la photo d'illustration de cet article du Figaro, tout bonnement exceptionnelle (et non-truquée) :





Du rab sur le Lab

PlusPlus