"Il y a peu", Christophe Castaner achetait La Provence à 5h du mat’ pour savoir s’il y avait sa photo dedans

Publié à 12h04, le 19 septembre 2017 , Modifié à 12h04, le 19 septembre 2017

"Il y a peu", Christophe Castaner achetait La Provence à 5h du mat’ pour savoir s’il y avait sa photo dedans
Christophe Castaner. © AFP

"Tous les politiques ont de l’ego. Ou alors ils mentent." Ce constat, c’est Christophe Castaner qui le fait ce mardi 19 septembre dans un portrait que lui consacre Libération. Et le porte-parole du gouvernement, cheville ouvrière d’Emmanuel Macron et rouage central de sa campagne présidentielle, ne fait pas dans la langue de bois : il s’inclut dans le lot.

Pour preuve, le ministre chargé des relations avec le Parlement confie au quotidien une anecdote pour démontrer qu’il est aussi mégalo que n’importe quel politicien. Ainsi surveillait-il assidûment le quotidien local de sa terre d’élection, lui l’ex-vice-président PS de la région PACA, pour voir s’il y trouvait sa bobine :

"

Il y a peu, je téléchargeais encore La Provence à 5 heures du matin pour voir s’il y avait ma photo dans l’édition du jour.

"

Réputé pour son franc-parler sudiste, qui lui a valu quelques dérapages ou lapsus, Christophe Castaner – par ailleurs fan de Nicolas Cage, d’opéra et de hard rock, nous apprend Libé – raconte que le jour où "ils (le) feront tous chier", il ouvrira "une paillote au Cap-Vert". Avec sa tronche dans la presse locale ?

[BONUS TRACK] Il a joué au poker avec des mafieux

Dans ce portrait sans concession de Libé, Christophe Castaner revient sur sa jeunesse, quand il a quitté le domicile familial à 17 ans et "vivait des cartes". C’est là qu’il s’est mis à vivre la nuit et à fréquenter des personnes pas forcément recommandables. "Entre sorties en boîte et parties de poker, où il croise quelques figures du milieu marseillais", écrit Libé. L’ex député PS raconte :

"

Manosque était leur base arrière. J’ai vu ces gens-là de près, certains se faisaient buter. 

"

Lui a pris une route moins sinueuse, obtenant son bac en candidat libre avant de gravir les échelons au PS.

Du rab sur le Lab

PlusPlus