INFO LAB - Le SMS d'appel à la candidature de François Hollande envoyé aux cadres PS

Publié à 22h05, le 04 octobre 2016 , Modifié à 09h52, le 05 octobre 2016

INFO LAB - Le SMS d'appel à la candidature de François Hollande envoyé aux cadres PS
© AFP

INFO LAB - C’est un SMS qui en dit long sur les intentions de François Hollande. Il ne laisse guère de doute sur la volonté du président sortant de briguer un nouveau mandat. "Nous sommes en train de préparer l’annonce de candidature du Président", annonce d’emblée dans ce message son auteur, le hollandais Pierre Jouvet. Ce mardi 4 octobre, le secrétaire national aux Fédérations du PS a pris la plume, incitant les premiers secrétaires fédéraux du parti à signer un appel de soutien à la candidature du chef de l’Etat. Voici en intégralité ce SMS que Le Lab s’est procuré :

"

Bonjour, le Conseil national étant passé et le processus de la primaire en route, nous sommes en train de préparer l’annonce de candidature du Président. La 1ère pierre de cette mobilisation est un appel de soutien à sa candidature par les cadres du parti, les parlementaires, les élus et les militants. Cet appel sera publié d’ici mi-octobre. Le texte sera très court et très simple. Il exposera les raisons pour lesquelles nous souhaitons une nouvelle candidature de François et ciblera la droite. Il a pour vocation unique de lancer une dynamique et de créer de la mobilisation autour du Président. Pouvons-nous compter sur ta signature ?

Je reste à ton entière disposition. Amitiés, Pierre Jouvet. Secrétaire national aux Fédérations

"

Depuis le 8 septembre, et le discours de Wagram prononcé par François Hollande, ses soutiens multiplient les initiatives en vue d’une nouvelle candidature du chef de l’Etat. C’est un site intitulé "Notre idée de la France" posant les bases d’une future candidature supervisé par le ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. C’est une "cellule riposte" également mise en place pour accompagner cette plateforme, afin de fournir des arguments aux élus désireux de soutenir la candidature du président.

C’est donc aussi cet appel lancé aux parlementaires, élus locaux, cadres du parti et militants socialistes afin de formaliser leur soutien au chef de l’Etat. Le but, pour les hollandais ? Se compter, et tenter d’imposer un rapport de forces à l’heure où Emmanuel Macron tient de son côté trois meetings pour livrer son diagnostic de la France, à Strasbourg ce mardi soir, au Mans le 11 octobre et à Montpellier le 18 octobre.

"Nous voulons tout faire pour que le président soit à nouveau candidat", déclare au Lab Pierre Jouvet. Si le conseiller départemental de la Drôme de 29 ans est chargé de la mobilisation en interne au PS, "nous travaillons à plusieurs à la mobilisation en faveur de sa candidature", souligne le responsable socialiste. Il cite Stéphane Le Foll, le président du groupe PS à l’Assemblée Bruno Le Roux, son homologue au Sénat Didier Guillaume, le député de l’Hérault Sébastien Denaja ou encore la sénatrice des Pyrénées Atlantiques Frédérique Espagnac. Pierre Jouvet précise toutefois que la publication du texte d’appel dont le contenu "n’est pas encore définitif" pourrait intervenir un peu plus tard qu’annoncé, "entre mi-octobre et fin octobre".

Au PS, l’initiative du jeune hollandais de la première heure n’est pas au goût de tous. "Jolie neutralité du parti non ?" s’interroge auprès du Lab un cadre de la motion B, celle des frondeurs. Pierre Jouvet, ancien collaborateur du sénateur socialiste de la Drôme Didier Guillaume et proche depuis une dizaine d’années de Stéphane Le Foll, s’en défend :

"

J’ai signé ce SMS comme secrétaire national du parti mais c’est pour que les gens m’identifient. Ce n’est pas une initiative du PS et l’appareil du parti n’est pas mobilisé.

"

"C’est une démarche des soutiens de François Hollande", précise pour sa part le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, joint par Le Lab. Le député de Paris, bien que soutien de Hollande, ne signera pas ce texte. "J’ai déjà soutenu cet appel le 11 mars 2016", sourit le patron du PS. Ce jour-là, il avait appelé les dirigeants du parti à se prononcer pour ou contre la candidature de François Hollande pour 2017.

Même si le PS apparaît plus que jamais divisé, entre les soutiens d’Emmanuel Macron, d’Arnaud Montebourg, de Benoît Hamon et ceux de François Hollande, un soutien du chef de l’Etat se veut toutefois optimiste : "La quasi-totalité de la majorité du PS (la motion A, ndlr) sera derrière François Hollande pour la présidentielle".

Du rab sur le Lab

PlusPlus