Instant malaise : Raquel Garrido s’explique sur ses cotisations sur… le compte Snapchat de Jeremstar

Publié à 12h01, le 06 octobre 2017 , Modifié à 12h01, le 06 octobre 2017

Instant malaise : Raquel Garrido s’explique sur ses cotisations sur… le compte Snapchat de Jeremstar
© Montage le Lab via Snapchat
Image Amandine Réaux


Les politiques s’efforcent d’utiliser une communication toujours plus décalée. Mais dans la nuit du jeudi 5 au vendredi 6 octobre, on a franchi un nouveau cap. Silencieuse dans les médias et discrète sur son compte Twitter depuis les révélations du Canard enchaîné sur ses cotisations retraite, Raquel Garrido s’est expliquée sur… le compte Snapchat de Jeremstar, youtubeur (notamment) célèbre pour ses interviews de candidats de téléréalité dans sa baignoire.

Jeudi soir, c’est soir d’enregistrement de Salut les terriens, émission diffusée le samedi sur C8 et pour laquelle Jeremstar et cette figure de la France insoumise sont chroniqueurs.

Tout commence par une remarque amusée de Jeremstar, "coincé entre deux femmes, Natacha [Polony] et Raquel [Garrido]" sur le plateau de l’émission.

Blague sur le tantrisme.

Puis la story Snapchat se poursuit dans les loges. Jeremstar interpelle Raquel Garrido :

Moi Raquel, je suis désolé, mais je paye mes cotisations retraite.

S’en suit alors un dialogue empreint d’un certain malaise. Raquel Garrido se défend des accusations du Canard enchaîné, se prêtant complètement au jeu de Jeremstar en reprenant son vocabulaire pour faire un peu de pédagogie aux "vermines" (ou "Jeremstarlettes" - ses fans, donc).



- Raquel Garrido : Alors, mon Jerem, on va en discuter, mais tu sais, d’abord, l’intrusion dans la vie privée, c’est peut-être quelque chose qui est habituel dans le monde de la téléréalité, mais qui n’est pas habituel dans la vie quotidienne et c’est pas forcément justifié. Moi, je suis pas une actrice de télé-réalité.

- Jeremstar : Ah non mais moi j’y suis pour rien, hein, c’est les médias.

- Raquel Garrido : Voilà, donc on peut aussi se défendre. La vérité, c’est qu’il y a beaucoup, beaucoup de mensonges qui sont dits sur moi. Et d’ailleurs, ma caisse de retraite a répondu au Canard enchaîné qui avait balancé des inexactitudes sur moi. Mais moi, j’ai même pas envie de parler d’eux.

- Jeremstar : C’est quand même important de préciser que ta caisse de retraite a fait un démenti, qui n’a malheureusement pas été traité. On préfère le bad buzz, le scandale.

- Raquel Garrido : Bah c’est moins drôle de dire du mal de moi que de dire du mal de ceux qui disent du mal de  moi, tu vois, ça demande des neurones et de déontologie de dire que le Canard enchaîné s’est trompé. Mais moi, j’ai de la peine sur le Canard enchaîné. Les vermines, vous connaissez pas le Canard enchaîné.

- Jeremstar : [Éclat de rire] Les vermines, elle a dit !

- Raquel Garrido : Nan, faut pas ?

- Jeremstar : Nan mais j’adore, je me rends compte que la Raquel, elle est 'Jeremstarisée'.

- Raquel Garrido : Nan mais je l’étais déjà avant, tu le sais très bien. Le Canard enchaîné, c’est une icône de la presse française. Et ça fait un mois qu’ils balancent que des bêtises sur moi. Ça fait cinq fois qu’ils parlent de moi, ça fait cinq fois qu’ils se trompent. Donc bon, comment dire, s’il n’y a même plus le Canard enchaîné, on fait comment ?


Mais ça ne s’arrête pas là. Jeremstar propose alors à Raquel Garrido de "venir dans [sa] baignoire toucher des canards en plastique" pour "remplacer le Canard enchaîné" (vous l’avez ?). Refus de l’intéressée. Il est alors question des maillots de bain de l’ex-porte parole de Jean-Luc Mélenchon.



- Jeremstar : Comment ça, non ?

- Raquel Garrido : I don’t think sooo, no no no no no no no.

- Jeremstar : Je suis sûr que t’as des maillots de bain hyper glamour.

- Raquel Garrido : Bah euh oui, mais je vais pas te les montrer. Je vais certainement pas vous les montrer, vous les vermines, les Jeremstarlettes.


On apprend au passage que la fille aînée de Raquel Garrido "adore" Jeremstar, tandis que la cadette "regarde quand même tous les Snapchat". "Vous êtes droguée, la jeunesse, ça va pas du tout, ça !", lance-t-elle.

On touche à la fin de la séquence. Mais avant cela, Raquel Garrido évoque les difficultés des Français qui sont parfois "à découvert", sous-entendant que c’est parce qu’elle n’était pas "blindée de thune" qu’elle n’a pas payé ses cotisations. Rappelons que le barreau de Paris a indiqué mercredi qu’elle avait convenu d'un échéancier pour payer ses arriérés de cotisations auprès de l'Ordre des avocats.



- Jeremstar : Bon, l’essentiel, c’est que tu payes tes cotisations retraite.

- Raquel Garrido : Pourquoi, mais qu’est-ce que t’en as à fiche, toi, t’as jamais été à découvert ou quoi ?

- Jeremstar : Ah bah pour le coup, jamais !

- Raquel Garrido : Évidemment, des fois on est à découvert. Comme toute la France, il y a des difficultés économiques. Les gens normaux ne sont pas blindés de thune. Donc oui, on galère des fois.


Mais ce n’est toujours pas fini. Car avant de quitter Raquel Garrido, on apprend des choses essentielles, comme son avis sur le botox et ses secrets maquillage.



- Jeremstar : Bon bref, toutes ces considérations de retraite, j’en suis encore bien loin, mais te concernant, tu commences à prendre de l’âge, donc méfie toi.

- Raquel Garrido : Botox, botox, mon ami.

- Jeremstar : Oh naaan, tu vas pas faire comme les candidates.

- Raquel Garrido : Nan, jamais, je suis au naturel. [...]

- Jeremstar : On m’a demandé : 'Avec quel chroniqueur aimeriez-vous partir en vacances ?' J’ai répondu toi pour te snapper au réveil sans maquillage.

- Raquel Garrido : Je ne suis jamais sans maquillage. Je me lève le matin, je suis déjà maquillée, j’ai un brushing de la production.


"Foutez lui la paix", conclut Jeremstar.

Ok, vu.

Du rab sur le Lab

PlusPlus