"Je ne suis pas monsieur Estrosi": Martine Aubry attaque l'ancien maire de Nice en justifiant l'annulation de la braderie de Lille

Publié à 18h50, le 05 août 2016 , Modifié à 18h50, le 05 août 2016

"Je ne suis pas monsieur Estrosi": Martine Aubry attaque l'ancien maire de Nice en justifiant l'annulation de la braderie de Lille

C'est le cœur lourd que Martine Aubry a annoncé, ce vendredi 5 août, sa décision d'annuler la braderie de Lille, événement annuel de la ville et plus grande brocante d'Europe qui avait attiré près de 2,5 millions de visiteurs en 2015. La cause ? Le risque terroriste. Et pour justifier cette décision "douloureuse", la maire PS de la ville nordiste s'est attaquée à Christian Estrosi, le président LR de la région PACA mais surtout, en l’occurrence, ex-maire de Nice.

Ainsi Martine Aubry a-t-elle lancé :

"

C'est une responsabilité morale. Et moi, je le dis comme ça, je ne suis pas monsieur Estrosi. Je prends mes responsabilités en suspendant la braderie.

"

Une violente pique à voir en vidéo :

Dans le viseur de l'ancienne patronne du PS ? Les propos de Christian Estrosi au lendemain de l'attentat du 14 juillet à Nice. Le président LR de PACA avait alors mis en cause le niveau de sécurité sur la Promenade des Anglais et la politique de l'exécutif en matière de lutte contre le terrorisme. S'en était suivie une confrontation virulente entre l'élu LR devenu premier adjoint au maire de Nice et le gouvernement.

"C'est un problème de responsabilité morale de la maintenir", a expliqué pleine d'émotions Martine Aubry lors d'une conférence de presse commune avec le préfet du Nord Michel Lalande. Bien que les conditions de sécurité aient été "revues à la hausse" après l'attentat de Nice du 14 juillet qui a fait 85 morts, la municipalité, en accord avec les services de l'Etat, a estimé que le risque était trop important dans ce contexte d'état d'urgence. Une décision saluée par la droite locale.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Attentat de Nice : Christian Estrosi estime qu'il avait raison de parler dès février 2015 de la "cinquième colonne" qui menace la France

> Nice : Christian Estrosi s'indigne d'avoir "été traité comme un subalterne" par l'exécutif

> Attentat à Nice : Valls reproche à Estrosi d'avoir lancé une polémique alors qu'"il y avait encore des cadavres" sur la Promenade des Anglais 

Du rab sur le Lab

PlusPlus