Jean-Christophe Cambadélis explique que les partenaires sociaux ont été "prévenus après" de l’élaboration de la loi El Khomri

Publié à 10h20, le 29 mai 2017 , Modifié à 10h20, le 29 mai 2017

Jean-Christophe Cambadélis explique que les partenaires sociaux ont été "prévenus après" de l’élaboration de la loi El Khomri
© Montage Le Lab via franceinfo
Image Amandine Réaux


Jean-Christophe Cambadélis est en colère : on parle beaucoup de l’affaire Ferrand et pas assez d’autres sujets plus importants selon lui. La solution est pourtant toute trouvée pour le patron du PS : le ministre de la Cohésion des territoires doit démissionner, point barre (un traitement bien plus sévère que celui qu'il avait accordé au socialiste Bruno Le Roux). Ce qui permettrait de passer au sujet suivant, à savoir la réforme du Code du travail. Sur franceinfo lundi 29 mai, le député de Paris s’inquiète justement d’un texte dont "on ne sait rien" :



- Jean-Michel Aphatie : Finalement, ce que propose Emmanuel Macron, c’est d’approfondir la loi El Khomri, donc on voit pas pourquoi vous seriez à ce point opposé puisque vous avez soutenu la loi El Khomri.

- Jean-Christophe Cambadélis : Mais pour l’instant, on ne sait rien. Je trouve ça bizarre. Nous allons avoir des élections législatives qui vont élire une majorité qui portera le texte le plus important de tout le quinquennat. Les Français ne sont au courant de rien.

- Jean-Michel Aphatie : Accords d’entreprises plutôt qu’accords de branches, limitation des indemnités aux prud’hommes…

- Jean-Christophe Cambadélis : Mais pour l’instant c’est les échanges, c’est pas le texte. Qu’est-ce que veut vraiment le gouvernement ? Est-ce qu’il est pour la position amendée des syndicats ou est-ce qu’il est pour la position présentée à l’élection présidentielle ? On n’en sait rien, c’est quand même incroyable !

- Gilles Bornstein : Il reçoit les syndicats.

- Jean-Christophe Cambadélis : Il reçoit les syndicats, il pourrait mettre au prochain conseil des ministres une loi et à ce moment-là les Français seraient informés et on pourrait décider. On va avoir une majorité à l’Assemblée nationale qui ne sait même pas sur quoi elle va travailler.


N’est-ce pas justement le reproche qui avait été fait à François Hollande, à savoir que la loi El Khomri, infléchissement symbolique de sa politique économique, ne figurait pas dans son programme présidentiel ? Jean-Christophe Cambadélis tente sans succès de s’en sortir par cette étrange pirouette : les partenaires sociaux ont été "prévenus… après" :



- Gilles Bornstein : Vous dites 'C’est incroyable, on ne sait rien'. La loi El Khomri, elle n’était même pas dans le projet de François Hollande…

- Jean-Christophe Cambadélis : Oui, on nous l’a vertement reproché. Mais les uns et les autres ont été prévenus… après.

- Guy Birenbaum : Prévenus après ?

- Jean-Christophe Cambadélis : Bah oui, bien sûr.

- Guy Birenbaum : C’est un concept…

- Jean-Christophe Cambadélis : Nous n’avons pas fait une élection législative sur le sujet, c’est ce que vous dites. Eh bien alors donc, je reprends ce que vous dites en disant que vous avez raison : faut pas le faire dans le moment présent.


"Camba" estime donc qu’Emmanuel Macron aurait dû apprendre des erreurs de François Hollande. Au lieu de réformer le Code du travail par ordonnances, ce qui résonne pour certains comme un 49.3 bis sur la loi Travail, le Président aurait dû, selon le patron du PS, présenter un véritable projet de loi, qui aurait donc pu être légitimé par le vote des législatives.

Du rab sur le Lab

PlusPlus