Jean-Christophe Cambadélis explique qu'il voulait donner une "deuxième chance" à Yacine Chaouat condamné pour violences conjugales en 2010

Publié à 09h30, le 22 juin 2015 , Modifié à 12h56, le 22 juin 2015

Jean-Christophe Cambadélis explique qu'il voulait donner une "deuxième chance" à Yacine Chaouat condamné pour violences conjugales en 2010
Jean-Christophe Cambadélis © Captures écran iTÉLÉ

Yacine Chaouat n'est plus secrétaire national adjoint du PS en charge de l'intégration. Il l'a annoncé dimanche 21 juin, dans Le Parisien, après avoir été la cible de nombreuses critiques en raison d'une condamnation pour violences conjugales en 2010.

S'il en est un qui le regrette, c'est Jean-Christophe Cambadélis. Invité d'iTÉLÉ ce lundi 22 juin, le premier secrétaire du PS, explique avoir voulu donner une "deuxième chance" à Yacine Chaouat en le nommant secrétaire national,  "vu ce qu'il s'était passé dans des conditions qui restent à éclaircir", ajoute-t-il avant de défendre l'action du socialiste. Il dit :

Ce qu'il fait dans le 19e arrondissement de Paris est remarquable, entre la communauté juive et la communauté musulmane. Vous savez qu'il y avait beaucoup d'incidents et qu'il n'y en a plus aujourd'hui. Donc je voulais lui donner une deuxième chance et je constate que ça n'a pas été possible. Je le regrette. Je suis pour donner une deuxième chance à ceux qui ont fauté parce que c'était une faute.

 

Dimanche, cité par Le Parisien, Yacine Chaouat a lui aussi regretté qu'après avoir payé sa dette, "on veuille [lui] appliquer une double peine". Il a ajouté :

C'est avec tristesse que je constate que dans la France d'aujourd'hui on n'a pas droit à une deuxième chance quand on est musulman.

 

[BONUS TRACK] Jack is back

Mais bon sang de bonsoir, c'est qui ce Jack dont Dominique Strauss-Kahn parle dans son premier message annonçant, dimanche 21 juin, son arrivée sur Twittter ? Jean-Christophe Cambadélis, qui fut proche de DSK, explique que, selon lui, l'ancien patron du FMI parle sûrement de lui. Et à la question de savoir si le premier secrétaire du PS suivra son ancien mentor sur le réseau social, la réponse est affirmative :

Oui, sûrement, bien sûr, il me suit alors je vais le suivre.

 

Sauf qu'après une longue et intense enquête, on est en mesure de vous dire que non, DSK ne suit pas Camba sur Twitter. Attention, fact-checking désintox. Voici une capture d'écran des cinq abonnements de l'ancien patron du FMI. Et point de Jean-Christophe Cambadélis. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus