Jean-François Copé profondément choqué d'avoir été si souvent profondément choqué

Publié à 08h55, le 14 janvier 2016 , Modifié à 13h40, le 14 janvier 2016

Jean-François Copé profondément choqué d'avoir été si souvent profondément choqué
Jean-François Copé © THOMAS SAMSON / AFP
Image Sylvain Chazot


#NOTGORAFI – Jean-François Copé est profondément choqué. Combien d'articles ont débuté ainsi ? Jean-François choqué par-ci, Jean-François choqué par-là. Quand il était encore aux affaires, l'ancien président de l'UMP avait une certaine tendance à s'émouvoir pour tout et n'importe quoi. Et à demander la démission de n'importe qui. Christiane Taubira découvrant les écoutes de Nicolas Sarkozy ? Démission ! Michel Sapin incapable d'inverser la courbe du chômage ? Démission ! Vincent Peillon défendant la réforme des rythmes scolaires ? Démission !  Démission !  Démission ! 





Et puis un jour, c'est à Jean-François Copé que l'on a demandé de démissionner de la présidence de l'UMP. Depuis, le député LR de Meaux réfléchit. Qui est-il ? Que peut-il ? D'où vient-il ? Est-ce vraiment un aboutissement d'être perpétuellement profondément choqué?

Dans son livre Sursaut français (éd. Stock), Jean-François Copé évoque cet aspect de sa personnalité.

Dans un passage, relayé par la journaliste d'Europe 1 Aurélie Herbemont, l'élu LR entame un mea culpa. Oui, il a exagéré par le passé. "Dans ma vie 'd'avant', celle qui a précédé le 27 mai 2014 [le jour du bureau politique de l'UMP exigeant sa démission de la direction, ndlr], j'étais de tous les clivages. Je pouvais en un instant déterminer avec assurance le choix du 'bon' camp contre le 'mauvais'", écrit-il.

Il ajoute :

À force d'être manichéen, presque 'pavlovien', sans m'en rendre compte, j'ai dû exiger la démission d'une dizaine de ministre du gouvernement ou alors je répétais à l'envi, sans plus m'en rendre compte, cette formule 'je suis profondément choqué' à chaque annonce de la gauche… Cela m'a valu l'honneur d'un hashtag 'profondément choqué' sur Twitter…

Voici donc, au fil des pages, Jean-François Copé expliquer qu'il est profondément choqué d'avoir été si souvent profondément choqué par le passé. C'est un début. Une ébauche de changement. Ce mal reconnu, l'ancien président de l'UMP espère changer.

Si ça peut le rassurer dans sa quête de rédemption, il y a bien longtemps que Jean-François Copé n'a pas demandé la démission d'un ministre. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus