Jean-Frédéric Poisson compare les indemnités du PDG de Renault Carlos Ghosn aux 300 millions proposés à Cristiano Ronaldo

Publié à 11h41, le 30 décembre 2016 , Modifié à 11h47, le 30 décembre 2016

Jean-Frédéric Poisson compare les indemnités du PDG de Renault Carlos Ghosn aux 300 millions proposés à Cristiano Ronaldo
Jean-Frédéric Poisson © Capture d'écran FranceInfo:

C'est l'une des polémiques de cette fin d'année 2016 : la plus-value de 6 millions de Renault Carlos Ghosn. Le PDG de Renault a en effet exercé des options d'achat d'actions attribuées au titre de sa rémunération variable et cela pourrait lui permettre d'empocher une coquette somme. Huit mois après des premières critiques sur les émoluments perçus par le grand patron, la nouvelle choque certains et notamment Jean-Frédéric Poisson.

L'ancien candidat à la primaire de la droite, aujourd'hui conseiller politique de François Fillon, est particulièrement remonté. Invité de FranceInfo: ce vendredi 30 décembre, Jean-Frédéric Poisson considère qu'il y a "quelque chose de déplacé" dans l'opération réalisée par Carlos Ghosn. Pour préciser sa pensée, le président du Parti chrétien-démocrate dresse alors un parallèle entre le PDG de Renault et… le joueur du Real Madrid Cristiano Ronaldo :

"

C'est comme les 300 millions de Ronaldo [Cristiano Ronaldo, NDLR]. Il fait du bon travail à la tête de Renault, c'est certain. L'entreprise repart, c'est certain. J'aimerais bien qu'on ait une conception du partage de la richesse entre les dirigeants et les salariés qui soit un peu plus équilibrée.

 

"

Une référence à l'information footballistique du jour : l'agent de Cristiano Ronaldo, Jorge Mendes, a révélé jeudi que son client avait refusé une offre de près de 300 millions d'euros émanant d'un club chinois.

Jean-Frédéric Poisson n'en est cependant pas encore à suggérer à François Fillon de limiter les rémunérations des patrons. "Je ne sais pas si c'est comme ça qu'il faut faire. En tout cas, il y a une notion de partage qui est à reprendre et à ré-établir dans les entreprises, en particuliers les grandes", dit-il simplement. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus